Grizzlies

“Je vise 20 saisons” : Vince Carter décolle de moins en moins mais en a encore dans le réservoir

Vince Carter

Vince Carter peut rester autant qu’il le veut sur les parquets NBA. Aucun fan ne va venir s’en plaindre…

Sans conteste l’un des joueurs les plus excitants de l’histoire, Vinsanity s’est déjà assuré un souvenir impérissable dans le patrimoine de la ligue. Le bonhomme est âgé mais le vainqueur du Slam Dunk Contest 2000 ne veut pas s’arrêter et se voit continuer deux saisons de plus…

À 39 ans, Vince Carter est l’un des représentants du siècle dernier. Cinquième choix de la Draft 1998, il est aujourd’hui l’un des sept gars encore en activité à avoir scoré 20 000 points ou plus en carrière (avec KG, Dirk, Paul Pierce, Lebron, Melo et D-Wade). Dans ce club aussi select qu’une plage privée de Saint-Tropez, il est le seul avec Melo a n’avoir aucune bagouse à exhiber. Il persiste pourtant en entamant une troisième saison dans une franchise qu’on ne compte plus parmi les prétendants au titre… Alors pourquoi insiste t-il ? Pendant qu’il assistait à un match de football américain dans sa Floride natale, un journaliste de ESPN lui a demandé ce qui le motivait encore à retrouver les terrains chaque été, voici sa réponse :

L’amour du jeu. Rien d’autre. J’adore juste jouer. Ce n’est pas encore sorti de moi.
Quand je n’aurais plus envie de jouer et de faire le boulot nécessaire qui va avec, ça sera le moment pour moi de m’éloigner du jeu. Mais pour l’instant, j’aime toujours ça.

Une déclaration d’amour au jeu comme on en a souvent entendu. Là où ça devient intéressant, c’est que le Rookie of the Year de 1999 n’a jamais été réputé pour sa charge de travail. On se souvient par exemple de son incroyable aveu lorsqu’il débarque à New Jersey en provenance de Toronto et qu’il déclare s’être toujours reposé sur ses qualités naturelles et n’ayant par conséquences “jamais réellement bossé”. La confidence avait bien évidemment fâché les fans des Raptors qui étaient déjà envahi par un immense sentiment de gâchis. La suite de sa carrière lui a en tout cas donné raison, puisque le voir aujourd’hui prêt à débuter une 19ème saison force le respect. Et le native de Daytona Beach ne compte pas s’arrêter là :

Non pas maintenant.
Nous savons qu’une 19ème saison, c’est une phase descendante.
J’en vise 20, et après ça je m’en irai.

Qu’attend t-il pour raccrocher ? Un titre grâce à un Mike Conley stratosphérique qui prouvera au monde qu’avec 150 patates il est encore sous-payé ? Ou une place parmi les meilleurs arrières de l’histoire ? On opte pour la seconde car s’il parvient à conclure une vingtième saison, ce qui au vu de sa forme physique est tout à fait faisable, il deviendra le seul arrière avec Kobe à avoir atteint une telle durée.

Dans tous les cas, VC a signé une première partie de carrière flashy digne du Dr J, avant d’entamer une deuxième partie dans un rôle étonnant de vétéran besogneux et efficace. Son jeu et sa carrière auront été réellement “Half-Man Half-Amazing” et cela jusqu’au bout.

Source : clutchpoints.com

Source image : YouTube / NBA TV

Cliquez pour commenter

0 Comments

  1. Rodzilla

    8 septembre 2016 à 15 h 02 min at 15 h 02 min

    "Vince Carter peut rester autant qu'il le veut sur les parquets NBA. Aucun fan ne va venir s'en plaindre…"

    On a dit ça de Kobe un jour… mdr

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top