Heat

Erik Spoelstra annonce : le Heat ne vendra peut-être pas de rêve, mais sa défense sera irrespirable

Erik Spoelstra

Il a perdu un joueur immense en Dwyane Wade, mais il n’a pourtant pas prévu de baisser les bras pour autant : Spo veut que le Heat devienne nasty.

Si le Heat a perdu une figure majeure de son histoire en voyant Dwyane Wade déménager vers Chicago, la franchise sait qu’elle garde un sacré pilier dans ses fondations : Spoelstra, architecte ambitieux qui ne baisse jamais les bras.

Et des challenges, il en a connu le Rico. Car entre son arrivée à Miami en tant qu’assistant-vidéo, ses saisons sans LeBron et Bosh durant lesquelles il tentait de construire une identité, la période des Heatles et le départ de James il y a deux ans, le jeune entraîneur n’a pas connu le fleuve le plus tranquille dans sa profession. Jouer sans Flash sera donc une épreuve supplémentaire, mais Spo est plutôt du genre à les relever en retroussant ses manches chaque matin, la saison prochaine étant justement attendue avec pas mal d’anxiété dans la fanbase de Floride. Pourront-ils retourner en Playoffs ? Qu’en sera-t-il du dossier Bosh ? Et le Heat pourra-t-il rester un lieu d’attraction majeur pour les agents libres ? Tant d’interrogations qui planent au-dessus de sa tête, mais Erik n’a pas vraiment le temps pour ces conneries. Lui, ce qui l’intéresse, c’est tirer le meilleur d’un groupe, quelle que soit la gueule de ses membres. En perdant Wade et sans savoir ce qu’il adviendra de Bosh, le coach sait qu’il va devoir retourner aux fondamentaux et c’est justement ce qu’il a prévu de faire dès la reprise. En effet, comme le Sun Sentinel l’a rapporté dans un long entretien, Spoelstra veut refaire du Heat une forteresse imprenable. Pas dans trois ans, pas dans deux ans, mais dès cette saison.

Il y a des choses qui ne changeront jamais dans cette franchise. Nos ambitions de victoires chaque soir. Notre envie de nous battre pour un titre de champion, quels que soient les joueurs portant notre maillot. Et pour faire ces choses, il faut s’imposer une défense à un niveau de champion en premier lieu. […] Bien évidemment, il faut avoir les joueurs qui permettent d’avoir cette approche, mais nous pensons que c’est le cas ici. Cela commence par un candidat au titre de Défenseur de l’Année en Hassan Whiteside, lui qui défend son arceau mieux que quiconque dans la Ligue aujourd’hui comme dans l’histoire récente. Mais on a aussi plusieurs jeunes joueurs dont l’approche du jeu est naturellement défensive, c’est assez unique. Josh Richardson pense avant tout à la défense, il est polyvalent et a de l’envergure. Justise Winslow est un défenseur pur. Tyler Johnson est un défenseur compétitif. Et en construisant autour d’eux, nous tentons de trouver des joueurs qui veulent se donner des deux côtés du terrain.”

Wayne Ellington n’est pas dégueulasse, Dion Waiters a montré qu’il pouvait être bien relou quand il se donner, James Johnson a des fondamentaux très intéressants dans sa moitié de terrain, il est clair qu’au niveau du recrutement Pat Riley n’a pas cherché à trouver la perle rare qui ferait la différence dès le mois de novembre prochain. Ce que Spoelstra adore, et qu’il va pouvoir mettre en place lors de son camp d’entraînement, c’est un groupe qui adorera défendre son territoire et devra du coup apprécier le grind des victoires à moins de 180 points sur une rencontre. Après tout, le succès du Heat sous LeBron passait aussi par là, une défense insupportable avec Shane Battier dans chaque bon coup et Chris Bosh pour compléter le tout. L’an passé, ce ne sont que 98 points qui étaient autorisés par soir. La saison sera donc intéressante à suivre à Miami, et ce même sans le numéro 3 dans son cinq majeur. Car si identitairement le virage sera particulièrement violent à digérer pour les fans, l’identité un peu nasty qui va s’y développer pourrait vite séduire le peuple de l’American Airlines Arena. Peut-être que ce coin de la Floride propose une température idéale et des plages de rêve, mais il faudra surtout s’attendre à un jeu rugueux et des possessions basées sur le hustle pour l’emporter : voilà aussi le challenge qui attend Spoelstra.

Peut-être que le meilleur joueur de l’histoire du Heat est parti, mais quand vous possédez un des meilleurs entraîneurs de la Ligue actuellement, la transition peut s’opérer plus vite que prévu. Avec Spoelstra aux commandes, il va falloir se ramener bien armé pour scorer à Miami : une nouvelle page qui peut rapidement devenir séduisante.

Source : Sun Sentinel

Source image : YouTube – NBA

Cliquez pour commenter

0 Comments

  1. VinceR

    18 août 2016 à 0 h 03 min at 0 h 03 min

    Tank y'a de la vie…lol…
    Dire que cette bande d'abrutis ont laissé filer le joueur qui a assuré le couvert depuis cette fabuleuse Draft de 2004 et a bâti cette franchise pierre par pierre (sans compter qu'il paraitrait qu'il y a même poser les chiottes de la Heat Arena selon certaines sources).
    Panzer ! Panzer ! chaud devant ! Ya du du fer à repasser tout Heat qui va apprendre à nager sans sa bouée N°3.
    Sortez les rames. D- Fence D-Fence D-Fence . ça sent la galère vous trouvez pas?

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top