Equipe de France

L’Equipe de France s’incline une dernière fois à Cordoba : 86-79, l’Argentine a pilonné façon Warriors

Team Argentina

Trois matchs, trois défaites. Pas dramatique du tout, mais vivement le retour du patron.

Après une défaite inaugurale face à la Serbie et une seconde contre Dario Saric et les Croates, les Bleus de Vincent Collet en finissaient cette nuit avec le Super 4 de Cordoba. Une bonne manière de tirer un trait positif sur une campagne de préparation compliquée ? Tu parles, les Argentins ont snipé de partout et les Bleus… ont des bleus. Allez, café débrief.

Toujours privés de Tony Parker pour cause de paternité et de Nicolas Batum pour cause de sieste post-contrat, les Bleus se sont donc une nouvelle fois inclinés pour ce troisième et dernier match de préparation avant les Jeux Olympiques qui débuteront, on le rappelle, samedi à Rio. Le point “positif” ? Rien ne jouait cette nuit en faveur de l’Équipe de France. Les héros de 2004 furent fêtés à Cordoba histoire de chauffer encore un peu plus une foule hostile, le trio d’arbitres Juan, Juanes et Juanito ne sifflèrent pas toujours de façon cohérente et les Argentins étaient de toute façon beaucoup trop chauds du parking pour pouvoir lutter (19/41 à 3 points, à un moment faut pas déconner). Les points négatifs ? Le fantôme de Tony Parker fût une nouvelle fois bien trop visible alors que celui de Nico Batum commence à devenir un peu trop présent avec les Bleus, Rudy Gobert a une nouvelle fois démontré qu’il n’était pas encore tout à fait prêt à en découdre et qu’il avait peut-être un peu trop dormi pendant que ses collègues en chiaient aux Philippines et le collectif tout entier de Vincent Collet s’est montré un peu juste pour faire peur à Manu Ginobili, Louise Scola et Carlos Delfino, même si l’on rappelle que c’était un match a-mi-cal.

Un sursaut d’orgueil en début de troisième quart orchestré par Boris Diaw, un énorme 18-0 passé aux cousins de Léo Messi à cheval sur les deuxièmes et troisièmes périodes et c’est à peu près tout pour ce match côté Bleu, alors que l’Albiceleste s’évertuait à tuer du parking toute tentative de retour au score de leur adversaire. Thomas Heurtel aura bien envoyé quelques floaters estampillés brouette et Antoine Diot quelques gros tirs, Babac aura bien rempli son rôle de capitaine mais ce sont bien Nicola Laprovittola, Facundo Campazzo, le néo-Spur Patricio Garino ou les leaders habituels de la sélection argentine qui allumeront les plus gros feux du match, en n’omettant pas d’assurer le spectacle en deuxième mi-temps. Marcos Delia qui fait sauter Rudy, Andres Nocioni qui parait avoir 20 ans… N’en jetez plus, ces Argentins étaient au moins aussi euphoriques que les Français peu concernés. Un trop gros écart de motivation à l’arrivée entre les deux équipes, mais un monde d’écart aussi avec le niveau qu’affichera logiquement l’EDF samedi face à l’Australie. Une dernière phrase emplie d’optimisme on le concède volontiers, mais pleine de logique également lorsque l’on connait le level de poker menteur qui s’affiche en général lors de ces matchs de préparation. L’absence de Tony Parker qui dérègle évidemment les rotations de Vincent Collet, le manque évident de jus des lieutenants, un banc qui peine encore à se trouver… Autant de critères à prendre en compte pour ne pas être trop méfiant non plus à cinq jours des Jeux, autant de questions à étudier quand même et c’est d’ailleurs bien à cela que ces matchs servent. Et si Team USA a choisi un programme plus allégé, la France peut au moins se targuer aujourd’hui de savoir quels sont ses manques.

On en a donc fini avec cette série de gâteaux apéro, nous voici désormais sur la ligne droite qui mènera nos Bleus au plat principal. Des Jeux Olympiques, les derniers d’une génération historique. Un évènement magique qu’il faudra aborder avec un sérieux autre que celui offert ces derniers jours. La crainte ? Non. La pression ? Oh que oui. Mais bougez pas les petits, le patron arrive.

Les stats du match, big up à Thomas Huertel et Florent Prietus

Stats Argentine France 2

Source image : Twitter – @MartinLlaryora

Source stats : pickandroll.com


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top