Pistons

Ray McCallum s’engage avec les Pistons au salaire minimum : à une lettre près, le mec prenait 100 millions

Après le fat contrat signé cette nuit par le MIP C.J. McCollum avec Portland, c’est l’autre “grosse” nouvelle de la nuit (ah le mois de juillet en NBA…). Et si McCollum a pris sa centaine de millions au calme, McCallum vient pour sa part de se rendre compte qu’en 2016 un “o” valait bien plus qu’un “a”. Les amateurs de Scrabble sont en PLS, tout est désormais remis en cause.

Lorsque vous êtes en NBA et que vous signez un contrat minimum vétéran… à 25 ans, vous êtes soit un journeyman déjà reconnu comme tel, soit un espèce de Greg Oden vieux avant l’heure, soit un petit peu nul. Voire les trois à la fois. On ne s’amusera pas à placer nous-même Ray McCallum dans l’une de ces catégories mais une chose est sûre, la cote du gamin était sacrément plus élevée il y a de cela trois ans environ.

Selon les sources, les Pistons de Detroit et le free agent Ray McCallum sont tombés d’accord pour un contrat d’un an, au salaire minimum.

Avec une vingtaine de minutes par match avec les Kings lors de ses deux premières saisons dans la Ligue, celui qui avait été sélectionné par ces même Kings en 36ème position de la Draft en 2013 valait à l’époque 6,3 points, 2,9 rebonds et 2,7 passes dans un rôle d’électron libre en sortie de banc qui lui prédisait un avenir -au moins- brillant. Gregg Popovich ne s’y était d’ailleurs pas trompé et l’avait fait venir au Texas… pour un vol qui s’avèrera finalement être le moment où l’ancien back-up de Darren Collison (30 starts quand ce dernier était blessé) passera du statut de joueur en devenir à celui de joueur lambda. 41 matchs plus tard passés entre San Antonio et Memphis et voilà donc Ray Mac dans la peau d’un Piston et surtout dans la peau d’un joueur de bout de banc puisqu’il passera à Detroit derrière Reggie Jackson et Ish Smith, en sachant que Kentavious Caldwell-Pope et Reggie Bullock peuvent eux-aussi porter la balle si on leur demande gentiment. C’est en tout cas – comme si ça ne suffisait pas – avec le célebrissime Lorenzo Brown que le Ray-Ray low-coast se disputera la place tant convoitée de troisième meneur du squad de Stan Van Gundy, pour tenter de montrer à la Ligue qu’il est toujours capable d’être une arme non négligeable en sortie de banc et un peu plus donc que la troisième roue du monocycle qu’il est trop rapidement devenu.

A 25 ans Ray McCallum est à un tournant de sa carrière et le combo training camp/début de saison décidera en grande partie de son futur en NBA. Retour en grâce ou délocalisation du côté du Grand Rapid Drive en D-League ? C’est en tout cas un retour aux sources pour un joueur ayant fait toutes ses classes à Detroit et c’est peut-être la seule bonne nouvelle puisqu’en cas de rouille il pourra toujours retourner squatter au skate park ou à la cafèt’ avec ses potes en regardant… Ish Smith devenir MIP.

Source texte : nbcsports.com

Source image : foxsports.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top