Mavericks

Déboussolé par son été, Harrison Barnes va pouvoir en parler avec un certain Kevin à Rio

Harrison Barnes

Harrison Barnes est encore un peu paumé après tous les changements qu’il a connu cette été. Les Jeux Olympiques sont l’occasion idéale de se lancer vers une saison NBA où il est attendu taille patron.

Harrison Barnes s’apprête à prendre un nouveau départ à Dallas. Après avoir joué les compléments derrière le trio star de Golden State pendant 4 ans, l’ailier débarque aux Mavs pour un contrat max. Interrogé par RealGM au camp de team USA à Las Vegas, le 7ème choix de la Draft 2012 semble encore un peu secoué…

Mis à la porte par l’arrivée de Kevin Durant, Barnes n’est pas rancunier mais plutôt soulagé. Souvent impliqué dans les rumeurs, le joueur de Team USA est content d’être enfin fixé sur son avenir, plutôt que de sans cesse se demander s’il devra déménager.

Les rumeurs de trade avec Dwight. Les rumeurs avec Kevin Love. Kevin Durant… ha, celle là s’est réalisée. Il y a eu quelques moment où je me demandais ce qui pourrait arriver. J’étais juste encore plus heureux d’être là tant que j’y étais.

En effet, en 4 ans à Golden State, le “Black Falcon” a reçu pas mal de critiques et été inclus dans de nombreuses rumeurs de transfert. Beaucoup d’observateurs ont vu en lui un potentiel de All-Star dès son arrivée dans la ligue, et encore plus après les Playoffs de sa campagne sophomore. On s’attendait à ce qu’il explose, mais c’est son compagnon de Draft, Draymond Green, sélectionné lui au second tour, qui lui a piqué la vedette. Assez solide pour faire le role player de luxe, Harrison est tout de même un peu considéré comme une déception, n’ayant pas encore mis en oeuvre de façon régulière ce potentiel de All-Star qu’on lui prête. Les Warriors ont vite réalisé qu’ils pouvaient jouer les premiers rôles, et c’est pour cela la question d’un trade de l’ailier s’est posée à plusieurs reprise. N’ayant pas le temps d’attendre que Barnes exprime tout son potentiel, les Guerriers n’auraient pas hésité à le lâcher pour aller chercher une star. C’est d’ailleurs ce qu’ils ont fait indirectement en signant Kevin Durant à la free agency, ce qui a complètement barré le scénario dans lequel la franchise d’Oakland s’alignait sur l’offre des Mavs.

L’international a été pendant ses années dans la baie considéré comme une des meilleurs 4èmes options offensives de la NBA. A Dallas, son statut va drastiquement changer : plus possible de se cacher, les clés de la maison lui sont données, sous le tutorat de papi Dirk, qui restera le parrain pendant 1 ou 2 ans. Une optique qui enchante pas mal de fans et qui va pouvoir mettre enfin un point final aux débats sur les capacité de l’ancien joueur de North Carolina à assumer un plus grand rôle. Mais apparemment, le concerné est encore un peu sur le cul avec le virage pris par sa carrière :

Ça a été un été chaotique. Je n’ai pas vraiment eu le temps de réaliser tout ça. Nous avons perdu les finales. Je vais à Dallas. Je suis ici avec l’équipe olympique. Je n’ai même pas encore assimilé le fait d’être ici. Ça a été un tourbillon. J’essais juste de l’incorporer.

Pas encore prêt à nous balancer qu’il va tout casser en go-to-guy des Mavs, Barnes ne va pas avoir beaucoup de temps pour se poser et assimiler tout ça. Les Jeux Olympiques commencent dans deux semaines, et le training camp de Dallas devrait enchaîner peu après.  Ses performances à Rio pourraient nous donner de bonnes indications sur la mentalité du bonhomme pour la saison prochaine. Jouer avec une plâtrée de All-Stars et franchise players lui donnera certainement une idée de la mentalité à avoir et du chemin qui lui reste à parcourir. Avec le matos disponible sur son poste – Kevin Durant, Paul George, Carmelo Anthony- il va devoir s’arracher pour récupérer des minutes, et donc évoluer à un niveau supérieur à ce qu’il nous a montré cette année.

Ironie du sort, il a de forte chance de se retrouver à l’entraînement en duel face à son remplaçant aux Warriors, Kevin Durant. C’est l’occasion pour d’assimiler qu’il a bien été remplacé, et d’observer au quotidien pourquoi Golden State a préféré le MVP 2014. Cette expérience avec Team USA ne pourra que lui être bénéfique dans son objectif de devenir un joueur majeur, il suffit de voir le nombre de membre de l’équipe qui ont sorti une saison XL après les mondiaux de 2014…

Source image : clutchpoints.com


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top