Nets

Randy Foye et Joe Harris débarquent aux Nets : Brooklyn tient ses Splash Brothers du pauvre

Joe Harris - Randy Foye

Randy Foye et Joe Harris débarquent aux Nets. Tous les deux à 37% à 3-points en carrière, ils pourraient recréer une version new-yorkaise des Splash Brothers… s’ils voient le parquet un jour.

Le General Manager des Nets, Sean Marks, remplit son effectif dans cette deuxième partie de free agency. Après avoir tenté des paris sur la jeunesse à l’ouverture avec Allen Crabbe et Tyler Johnson, le Néo-Zélandais a dû vite se rabattre sur des joueurs “de seconde zone”, et compléter son équipe comme il le pouvait. Résultat, ce sont les deux shooteurs Joe Harris et Randy Foye qui débarquent à Williamsburg. Des choix pas flashy, qui pourrait néanmoins apporter. 

Randy Foye va signer pour un an après une saison décevante entre les Nuggets et le Thunder. Le vétéran s’est fait une réputation dans la ligue par son tir extérieur avec 37% à 3-points en carrière. Cependant sa mécanique est apparue bien enrayée cette année : plus dans le parpaing que dans le swish, l’arrière a posté ses plus mauvaises stats en carrière avec 5,9 points, 2 rebonds et 2 passes en 20 minutes de jeu, avec des pourcentages – attention aux yeux – de 35% dont 30 % du parking. Il pourrait néanmoins être un ajout intéressant pour un vestiaire très jeune qui manque d’expérience. Avec ses 10 saisons dans les pattes, le 7ème choix de la Draft 2006 pourrait jouer les darons pour un noyau d’arrières encore boutonneux. En effet, derrière le trio Jeremy Lin – Bojan Bogdanovic – Greivis Vasquez, ça va être une guerre à qui est le moins connu. Markel Brown, Sean Kilpatrick, les rookies Carris Levert et Isaiah Whitehead, ça en fait des jeunes pousses qui n’ont encore rien prouvé. Randy Foye, a défaut de beaucoup apporter sur le terrain, pourrait guider ces “djeuns” à l’entraînement, et leur apprendre la vie. En fait, il pourrait s’agir d’une forme de pré-retraite pour lui, puisqu’il est originaire de Newark, dans le New Jersey. Ce contrat serait une occasion de se rapprocher de sa famille alors que sa carrière décline, tout en passant la main à ses coéquipiers débutants. A moins que ce soit pour lui l’année de la relance, mais on n’y croit pas trop.

Le deuxième arrivant, Joe Harris, a été signé pour un contrat de 2 ans au minimum vétéran, soit 2 millions, mais celui-ci n’est pas garanti. Drafté en 33ème position en 2014, l’arrière avait assez agréablement surpris lors de son année rookie en se frayant une petite place – 10 minutes de jeu – dans la rotation des Cavs, en jouant proprement et en shootant à 37% du parking. Cependant il s’était blessé puis s’était fait coupé à la suite lors de sa seconde année. Niveau talent, il n’est peut être pas le mieux doté de ce groupe de jeunes arrières dont dispose les Nets, et on peut donc douter de sa capacité à rester dans l’effectif. En revanche, il est plus appliqué que certains d’entre eux, et pourrait s’épanouir si le coach Kenny Atkinson met en place un système de jeu construit. Dans tout les cas, avec ces deux petits contrats, le front office ne prend aucun risque et garde toute sa flexibilité pour les prochaines saisons.

Sean Marks continue sa pêche aux seconds choix en espérant faire une bonne pioche. Il laissera sûrement à Kenny Atkinson la responsabilité de trancher sur la question de qui restera dans ce groupe de guards. Les Nets ne seront peut-être pas ridicule l’an prochain, mais la saison risque d’être longue, d’autant plus qu’il n’y a aucun intérêt à tanker puisque les Celtics peuvent échanger leur pick avec le leur. A moins qu’une future star se cache parmi ces nobody, la reconstruction va être longue à Brooklyn…

Source image : Montage via NBA.com et Troy Taormina – USA Today Sports

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top