Magic

Pas de contrat max pour Evan Fournier mais une décision bien réfléchie et un avenir radieux

Evan Fournier

85 millions sur 5 ans : pour certains, Evan Fournier aurait pu avoir plus. Pour le joueur et son entourage, ce deal est celui qu’ils voulaient.

Hier, après l’annonce du deal mis en place entre Evan Fournier et le Magic, plusieurs observateurs – aussi bien Français qu’Américains – se sont étonnés du fait que le salaire du frenchie soit assez éloigné du maximum finalement. Il est vrai que quand on voit les sommes déversées dans tous les sens depuis moins de deux jours, on peut se dire que Fournier aurait pu avoir plus mais dans le camp du frenchie, ce deal satisfait pleinement et est le fruit d’un choix bien réfléchi.

Le swingman du Magic sort d’une saison à plus de 15 points de moyenne à 46% au tir dont un soyeux 40% derrière l’arc. Il a planté 24 fois 20 points ou plus dont deux pointes à 30 unités. Il a été régulièrement mis en avant, balle en main, dans les moments importants et les fins de matchs serrées. bref, Evan Fournier est devenu une pièce centrale à Orlando et, effectivement, on pouvait s’attendre à un salaire un peu plus conséquent même si 85 millions sur 5 ans restent une très belle somme pour un joueur qui aura 24 ans en octobre. D’autant plus qu’étant agent-libre restreint, Evan aurait pu se contenter d’attendre de voir ce que d’autres franchises lui proposaient pour faire monter les enchères et obliger le Magic à s’aligner. Mais le Français et son entourage ont vu les choses d’une autre manière comme l’a expliqué son agent Bouna Ndiaye aujourd’hui à L’Equipe :

Trois équipes nous ont proposé le max. Mais des franchises qui ne nous intéressaient pas, qui n’ont pas les moyens de gagner. Evan a opposé un refus immédiat. Il ne veut pas aller n’importe où juste pour l’argent. Après, tu peux toujours avoir plus… Mais les gens parlent sans maîtriser tous les paramètres. D’abord, Evan a une forte envie d’aller aux Jeux Olympiques de Rio, si l’équipe de France se qualifie et qu’il a la chance d’être rappelé. Or s’il signait vers le 15-20 juillet, c’en était fini de ce rêve… Ensuite, je ne veux pas banaliser ce qu’il est en train de se passer en NBA, mais les sommes sont énormes, presque ridicules. Gagner 17 ou 20 millions, au bout d’un moment, cela ne change plus grand-chose, cela n’a plus de sens. Après tout devient une question d’ego. Tu prends ce qu’il y a à prendre au lieu de réfléchir où tu vas et pourquoi.

Toutes les équipes se sont dit que c’était mort. Qu’elles allaient servir de lièvres, offrir quelque chose sans aucune chance véritable de réussir à enrôler le joueur. Si Oladipo était resté, on aurait un peu “joué”, on serait allé au plus offrant et compétitif, dans une grosse équipe, et on aurait laissé Orlando décider de s’aligner ou pas.

Il est vrai que le fait que le Magic ait échangé Victor Oladipo avant l’ouverture de la Free Agency fut clairement un signe fort pour Evan et son entourage. Le signe que la franchise compte grandement sur lui et veut en faire un titulaire indiscutable sur les postes extérieurs que ce soit en 2 ou en 3. Et puis, cette réflexion bien posée menée par le camp Fournier montre que le joueur sait ce qu’il veut et qu’il n’est pas aveuglé par les tonnes de dollars qui pleuvent sur la NBA en ce moment. C’est bien, c’est ainsi qu’on devient un grand : en faisant de bons choix. Et celui de rester à orlando est certainement le meilleur pour Evan.

Pour finir, rappelons qu’une offre de 32 millions sur 4 ans avait été refusée l’été dernier. Aujourd’hui, l’ami Evan se retrouve avec pas loin de trois fois ce montant, un poste de titulaire assurée et tout l’espace dont il a besoin pour exprimer son immense talent. On valide tous les jours ce genre de décision ! 

Source : Yann Ohnona / L’Equipe

Source image : USA Today Sports

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top