Playoffs NBA

Sondage du jour : mais qu’est ce qui peut être encore plus moche que la série Heat-Raptors ?

Goran Dragic

Susan Boyle ? Jeff Teague ? Villeneuve D’Ascq en septembre ? On a tenté de rassembler tout un tas de trucs bien moches, pour oublier que cette série l’est vraiment…

Le Game 4 entre Toronto et Miami a atteint cette nuit un point de non-retour en matière de mocheté. Alors oui les deux intérieurs dominants sont tous deux absents jusqu’à la fin de la série, oui le jeu proposé a pour lui d’être viril et intense (parfois) mais un constat s’impose… On se fait chier. Alors pendant que d’autres attendent cinq ou six minutes entre deux paniers, on a décidé de notre côté de lister ce qui peut être encore plus moche que le spectacle proposé par les deux franchises. On s’excuse par avance, la liste est totalement subjective. Mais on vous rappelle qu’on se faisait vraiment chier.

Parce qu’on était obligé de le faire cet ode à la mocheté. On a beau avoir eu trois prolongations en quatre matchs, un duel de bestiasses dans la raquette, un Dwyane Wade qui paraît avoir 25 ans, du suspense à tous les étages dans une Conférence Est dont on peut effectivement tailler le niveau mais qui nous offre néanmoins son lot de hustle play et de basket défensif… Non mais franchement ? Une série au cours de laquelle DeMar DeRozan et Kyle Lowry shootent à 51/135 dont 8/31 du parking ? Une série où l’on peut voir évoluer calmement Norman Powell, Terrence Ross, James Johnson, Lucas Nogueira, Tyler Johnson et Amar’e Stoudemire sur le parquet EN MÊME TEMPS ? Une série lors de laquelle une reprise de volée de DeRozan, une tête de Goran Dragic et un ballon qui ne veut même plus jouer sont les principaux highlights ? Non vraiment trop c’est trop, alors envoyez la rafale de mocheté, ça nous fera au moins penser à autre chose quelques minutes…

On commence avec Susan Boyle. Puis Shelden Williams et Michael Ruffin, sans oublier un big up à la Teague Family. Franck Ribery un peu aussi. Et mettre de l’eau dans son pinard tiens. Le camembert qui coule pas, le coca sans bulles, les lardons pas cuits dans la tartiflette, un dimanche sous la pluie, les Bogdanov, un Noël sans la neige, la défense de Houston. Un disque de la Star Ac, une émission sur NRJ12, la guerre, la famine, Boban Marjanovic. Rennes-Ajaccio, Angers-Toulouse et Troyes-Lorient le samedi soir en prime time, un Wizards-Sixers à 1h du mat’, un Lakers-Suns à 4h. Le pain pas cuit, le pain trop cuit, les lèvres d’Emmanuelle Béart, la mort de Mufasa, pis celle de la mère de Bambi aussi. Le palmarès des Français à Roland, le palmarès des Français au Tour de France, le palmarès de Chris Paul à Los Angeles, le palmarès de Chris Paul tout court. Le café réchauffé, le café froid, John Caffey et Jason Caffey. Chris Kaman, Greg Oden, Bryant Reeves, Gheorge Muresan, LUKE BABBIT. Jul qui squatte le rap game, Britney Spears chez le coiffeur, Marion Cotillard dans Batman, un cheveu dans la soupe, un cheveu sur la langue et les blagues de Laurent Ruquier. La drogue, l’alcool sauf pour Gérard, les vacances à Mulhouse, septembre à Villeneuve D’ascq, Ray Allen pour un fan des Spurs, les Lakers pour un fan des Kings, le basket pour les fans des Nets. Un Espagnol face à la France, un Vince Carter pour Fred Weis, un Blake Griffin pour Timofey. Les tripes à 7h du mat’, le réveil à 7h du mat’, le réveil à n’importe quelle heure d’ailleurs. Les suites des Bronzés, des Visiteurs, des Trois Frères, de Scream, le public des Hawks, les nuits à Milwaukee, l’attaque en triangle à New York, Laurent Gerra, les cornichons dans le Royal Cheese, Donald Trump, Donald Sterling mais pas Donald Duck. Paul George qui se brise, Shaun Livingston qui se brise, Kevin Ware qui se brise, les impôts qui nous les brisent. Shrek, Sim Bhullar, Gargamel, le Cacolac, la salade sans sauce, un apéro sans sauss’.

On pourrait bien continuer des heures, mais à tout bien y réfléchir, cette série entre DesBarres DeRozan and co. et le Heat bat peut-être tous les records. Parce que des blessés, des ballons dans la gueule, des dents pétées, des gonfles qui s’immobilisent sur l’arceau, des 4/40 au tir, des Lucas Nogueira qui jouent 15 minutes et des Joe Johnson qui gèrent le money time on veut bien, mais si ces messieurs se décidaient à jouer un peu au basket ça ne serait pas plus mal. A bon entendeur et vive les moches.

Source image de couverture : Twitter – @theScore

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top