Playoffs NBA

Preview Game 6, Hornets – Heat : dos au mur, Miami doit fermer des bouches par wagons de 100

Dwyane Wade

Ce soir, ce n’est pas qu’un match qui est en jeu pour le Heat, c’est carrément leur saison puisqu’un succès des Hornets plongerait Miami dans la déprime.

Qui pensait qu’on en arriverait là ? Quelques fans certes, isolés dans les montagnes et sans connexion Wifi, mais aujourd’hui nous y sommes bien : le Heat est à un match de l’élimination, et celui-ci se joue à l’extérieur.

On savait que les Hornets ne baisseraient pas les bras aussi tôt dans leur campagne de Playoffs, mais on ne pensait pas non plus que la dose maximale de transpiration serait infligée au Heat dès le premier tour. Dans un renversement de situation total puisque Charlotte vient de remporter les trois derniers matchs de la série, Erik Spoelstra va devoir motiver ses troupes comme jamais pour prolonger la série et la ramener à Miami. Un Game 6 sur le papier mais un Game 7 à proprement parler, puisque le Heat devra dire bye-bye à ses rêves de grandeurs si une défaite est à nouveau imposée à la Time Warner Cable Arena. Pour régler tout le bordel actuel ? Une première chose serait d’arrêter de se plaindre de l’arbitrage, la franchise de Floride s’étant mis les sifflets à dos alors que les Hornets ont continué à jouer. On pensait voir le grand bourré d’expérience donner la leçon au petit en s’adaptant, on est finalement tombé sur la bande qui chiale sans cesse. Fatigants, sortis du match et donc perdants, les potes de Goran Dragic devront jouer leur jeu de la première à la dernière minute, sans avoir à chercher les hommes aux sifflets dès le moindre contact. Les rebonds devront également être mieux gérés, quand on voit la façon dont Courtney Lee a sauvé à lui seul ses Hornets à deux reprises, en profitant de la flemme générale à Miami.

En face ? Comment ne pas continuer le même plan de jeu. Bon équilibre intérieur-extérieur, pénétrations sur pénétrations pour provoquer des fautes et ressortir la gonfle quand ça ne marche pas, et varier avec un peu de jeu au poste lorsqu’il faut deux points facile. Ce soir, c’est donc Kemba et Nico qui devront faire le boulot, bien entourés par Al Jefferson et Jeremy Lin. On n’oublie pas Marvin Williams évidemment qui réalise lui aussi une bonne série même si celle-ci est maigre statistiquement, et un petit coquin qui pourrait faire une grosse différence : Frank Kaminsky. Le rookie a appris, comme pas mal de monde, que Spencer Hawes serait absent pour le reste de la compétition, ce sera donc lui qui pourra offrir cette alternative entre jeu extérieur et intérieur, histoire de faire sortir les grands de Miami et créer des lignes de pénétration. Surtout, ne pas craquer sous la pression du Heat, qui viendra tambours-battant histoire de tester la solidité de cette équipe de Charlotte. Il y aura une salve évidente, à Steve Clifford et ses hommes de savoir comment y répondre : avec une grosse intensité défensive, un banc solide, un mouvement de balle fluide ou les trois à la fois. Le gros avantage des Hornets, c’est que leur adversaire doute complètement en ce moment et la pression est sur leurs épaules. Alors qu’en Caroline du Nord ? On a déjà ‘réussi’ ses Playoffs en remportant plus d’un match, il faudra donc jouer son basket et se faire plaisir devant un public qui ne demande que ça.

Pronostic : victoire du Heat, entre 6 et 11 points.

Merde, quand même. Si y’a une équipe qui doit se réveiller, mettre les points sur les i et rappeler la hiérarchie, c’est Miami. On sait que Charlotte peut tout à fait grinder la série et donc faire suer les potes de Dwyane Wade, mais le vétéran sera le premier appelé aux commandes car son équipe tangue et un leader doit montrer la voie. On compte quand même sur l’avantage de talent et d’expérience pour gérer tout ça, mais c’est peu dire si le niveau de confiance est faible…

Rendez-vous à 2h du matin, pour le test ultime et officiel de la saison du Heat. On nous parle de Finale de Conférence, de challenger Cleveland, de pourquoi pas prendre la couronne à l’Est et aller peinard jusqu’à fin-mai : que du blabla jusqu’ici, qu’il faudra assumer en déplacement. On veut le candidat aux Finales NBA, pas le groupe de retraités qui chiale sans arrêt.

Source image : BlackSportsOnline.com


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top