6ème Homme

6ème Homme – Mars : Ryan Anderson et Jrue Holiday déclarent forfait, la perte du trophée en vue ?

Dynamiteur, homme à tout faire ou energizer, le sixième homme peut prendre différent visage. Véritable titulaire qui se contente de tout donner en sortie de banc, apportant l’étincelle nécessaire pour faire basculer les rencontres, son rôle peut paraître ingrat. Mais il n’en demeure pas moins essentiel pour toute franchise ambitieuse, ce qui fait de ce trophée de meilleure 6ème homme une récompense prisée.

À quelques encablures de la fin de la saison régulière, le Top 10 des meilleurs 6ème hommes de la Ligue est quasiment joué. Si Evan Turner fait son entrée à la place de Jeremy Lin, c’est surtout pour récompenser à la fois la saison des C’s mais aussi son apport en sortie de banc. Pour autant, la Linsanity peut reprendre à tout moment, surtout que Charlotte déroule ces derniers temps.

Place 6ème homme Bilan du mois

 10

(entrée)

Evan TurnerEvan Tuner 6ème homme

Stats du mois : 11,4 points à 45,2% dont 45,5% du parking, 5,5 rebonds et 4,4 passes en 30,1 minutes

Stats de la saison : 10,2 points à 45% dont 20,8% du parking, 4,9 rebonds et 4,4 passes en 27,7 minutes

Mention : petit homme vert.

Voir coup de projecteur.

 9

(-)

Dennis SchröderDennis Schroder sophomore

Stats du mois : 12,3 points à 49,7% dont 28,9% du parking, 1,5 rebond et 4 passes en 19,1 minutes

Stats de la saison : 11,3 points à 43,5% dont 32,9% du parking, 2,6 rebonds et 4,5 passes en 20,4 minutes

Mention : Futur titulaire

Depuis son rôle de 6ème homme, Dennis Schröder continue de lorgner sur la place de titulaire de Jeff Teague. Une simple question de temps ? Les Playoffs aideront peut-être les Hawks à faire leur choix.

 8

(-)

Zach LaVineZach LaVine Kevin Martin 6ème homme

Stats du mois : 19,1 points à 51,3% dont 47,4% du parking, 1,6 rebond et 2,6 passes en 38,2 minutes

Stats de la saison : 14,2 points à 45,6% dont 38,9% du parking, 2,8 rebonds et 3 passes en 27,7 minutes

Mention : Déjà titulaire

Si les stats sont en hausse, c’est surtout parce que Zach LaVine est devenu titulaire aux Wolves. Difficile alors de le faire progresser dans ce classement, vu que son rôle n’est plus celui d’un remplaçant. A ce rythme d’ailleurs, il n’aura plus le droit de concourir pour le titre de meilleur 6ème homme. Dommage pour lui.

 7

(régression)

Will BartonWill Barton 6ème homme

Stats du mois : 12,7 points à 44,5% dont 41,3% du parking, 5,6 rebonds et 2,3 passes en 27,7 minutes

Stats de la saison : 14,8 points à 44,3% dont 36,1% du parking, 6 rebonds et( 2,4 passes en 28,1 minutes

Mention : Déception du mois

Longtemps dans le haut de la hiérarchie, le 6ème homme des Nuggets recule. La faute à un mois de mars moins abouti alors qu’on l’attendait au taquet pour compenser l’absence sur blessure de Danilo Gallinari. Le temps de jeu baisse légèrement, preuve que dans les Rocheuses, on donne maintenant la balle aux jeunes sur qui on reconstruit (coucou Jokic, Harris et Mudiay).

 6

(progression)

Jamal CrawfordJamal Crawford 6ème homme

Stats du mois : 12,4 points à 36,8% dont 31,8% du parking, 2 rebonds et 2,6 passes en 27,7 minutes

Stats de la saison : 13,7 points à 39,7% dont 32,2% du parking, 1,8 rebond et 2,2 passes en 26,7 minutes

Mention : Les remplaçants sont éternels

Chaque mois de chaque saison on peut se répéter avec Jamal Crawford. Depuis le temps qu’il excelle dans ce rôle de 6ème homme, sa présence dans un tel classement ne souffre d’aucune discussion, malgré le mode arrosage automatique enclenché depuis le début de la saison.

 5

(progression)

Darren CollisonDarren Collison 6ème homme

Stats du mois : 13,9 points à 46,9% dont 44,7% du parking, 2,1 rebonds et 4,7 passes en 32,4 minutes

Stats de la saison : 13,6 points à 48% dont 39,8% du parking, 2,2 rebonds et 4,1 passes en 29,6 minutes

Mention : mec sain dans l’asile

Les Kings ne sont pas au mieux et ont abandonné leurs ambitions de Playoffs, mais Darren Collison fait son taf. Comme DMC, Rondo, Rudy Gay ou d’autres à Sacramento. Le problème, c’est que collectivement il n’y a rien.

 4

(-)

 Enes Kanter
Enes kanter 6ème homme

Stats du mois : 14,2 points à 59,7% et 9,8 rebonds en 21,1 minutes

Stats de la saison : 12,4 points à 57,2% et 8 rebonds en 20,7 minutes

Mention : Moustache Basketball Club

Le Turc est toujours aussi moche avec sa moustache, mais il est aussi toujours aussi injouable pour les remplaçants adverses. Et c’est tout ce qu’on lui demande dans l’Oklahoma. Quoique, on ne serait pas contre un peu plus de défense de sa part en fait…

3

(-)

Andre Iguodala
Andre Iguodala 6ème homme Toni Kukoc

Stats du mois : 4,7 points à 55?6% dont 50% du parking, 2,3 rebonds et 2 passes en 17 minutes (seulement 3 matchs)

Stats de la saison : 7,3 points à 48,4% dont 35,6% du parking, 4,1 rebonds et 3,4 passes en 26,8 minutes

Mention : Toni Kukoc des Dubs

Comme chaque mois, ses stats ne reflètent pas son impact sur le jeu des Dubs. Les Warriors se dirigeant tranquillement vers le record de victoire des Bulls, impossible de sortir du podium celui qui se sacrifie pour l’équipe et qui sert d’huile au moteur de Golden State. De retour de blessure, il va finir le taf avec ses coéquipiers pour boucler cette saison historique.

 2

(-)

Jrue Holidayjrue holiday 6eme homme

Stats du mois : 21,2 points à 42,7% dont 35,5% du parking, 3,3 rebonds et 6,7 passes en 34,1 minutes

Stats de la saison : 16,8 points à 43,9% dont 33,6% du parking, 3 rebonds et 6 passes en 28,2 minutes

Mention : Holiday en vacances

Ses stats pourraient lui permettre de passer devant Ryan Anderson, mais avec 22 matchs en tant que titulaire, l’étiquette de 6ème homme lui colle un peu moins à la peau qu’à son coéquipier. Et comme sa saison est terminée, il ne devrait pas pouvoir aller chercher Ryan Anderson.

 1

(-)

Ryan AndersonRyan Anderson 6ème homme

Stats du mois : 16,8 points à 38,2% dont 27,3% du parking, 1,6 passe et 6,4 rebonds en 28,2 minutes

Stats de la saison : 17 points à 42,7% dont 36,6% du parking, 6 rebonds et 1,1 passe en 30,4 minutes

Mention : Pélican presque miraculé

À moins d’un énorme écroulement, Ryan Anderson semble se diriger vers le titre de meilleur 6ème homme de la Ligue. De quoi négocier un bon gros contrat cet été pour le futur agent libre des Pelicans, lui qui aura bien géré sa saison en squattant moins l’infirmerie que ses coéquipiers. Enfin, jusqu’à dernièrement puisque lui aussi est en vacances maintenant, touché par la scoumoune de la Nouvelle-Orléans.

Coup de projecteur : Evan Turner

En début de saison, l’association 6ème homme – Boston Celtics évoquait forcément Isaiah Thomas. Mais aujourd’hui, le lutin est titulaire indiscutable à la mène, laissant le rôle de booster en sortie de banc à Evan Turner. Et mine de rien, l’ancien des Sixers s’en sort plutôt bien. Certes, il n’apporte pas autant qu’IT en terme de scoring, mais il peut contribuer dans d’autres secteurs du jeu, sans nuire au collectif, défaut qui lui était souvent reproché. Devant la belle saison des C’s et ses stats, difficile de le laisser plus longtemps hors du Top 10 des remplaçants. Titulaire ces derniers temps, il a vu son rôle progresser avec l’absence de Jae Crowder dans le 5 majeur de Boston. A quelques semaines de se retrouver agent-libre, il ne compte certainement pas baisser de régime s’il veut chopper un contrat intéressant cet été.

Plus que deux semaines pour tenter de faire la différence, et un podium qui bat de l’aile : Jrue Holiday et Ryan Anderson out jusqu’à la fin de la saison, Andre Iguodala qui vient de manquer quasiment le mois entier. Le trophée fait-il peur aux prétendants ? Cela va-t-il suffire pour voir un outsider griller la politesse à tout le monde ? 

*Stats au 30/03/2016

Source image :  

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top