L'avis du Psy

L’Avis du Psy – S03 Épisode 20 : course au records oblige, Stephen Curry est passé faire coucou

L'avis du Psy

Vingtième édition de l’Avis du Psy saison 3 et on rentre désormais dans le vif du sujet à l’approche des Playoffs. L’occasion de recevoir des invités venant notamment d’Oakland ou de San Antonio, histoire de booster tout le monde avant le sprint final.

Les Playoffs se rapprochent et le Psy n’a jamais eu autant de boulot. Tellement de taf d’ailleurs que même James Harden n’a pas pu être consulté cette semaine à cause des embouteillages au cabinet…

Place Patient Le compte-rendu de la visite

10°

Kyle Lowry

Kyle Lowry


On le sent arriver le bad-trip made in Canada… Mais si, vous savez bien, celui qui va arriver aux Raptors au premier tour des Playoffs, quand ils se feront quasi-sweeper par Detroit… Qu’on se le dise, loin de nous l’idée de kiffer ce scénario mais il a quand même fallu faire le point avec Kyle, ce dernier étant le symbole de la fatigue actuelle de sa franchise puisqu’il joue actuellement avec une épaule en vrac et que ses performances s’en ressentent donc forcément, tout comme celles des Raptors. Et à trop vouloir chasser une première place à l’Est qui ne serait finalement pas forcément d’une grande utilité si ce n’est un peu de hype supplémentaire, Kyle et ses potos sont peut-être en train de se griller au lieu de se préparer tranquillement pour une postseason qu’ils ont pourtant les moyens de gérer. Obligation donc pour Calorie de se poser un peu dans les prochains jours sous peine de grosse colère du Psy, qui se fera un plaisir de ressortir ses pancartes WeTheSweep si son patient et les Dinos échouent encore une fois quand la pression monte…

LeBron JamesLeBron James
Petit taquet une fois de plus pour le Sieur LeBron, lequel avait décidé en milieu de semaine de se reposer pour laisser ses coéquipiers se chauffer un peu face aux Rockets. Belle et logique initiative de la part du quadruple MVP… sauf qu’au lieu de réellement laisser Kyrie, Kevin et Gérard gérer le bizz, il a fallu qu’il passe son match à gesticuler sur le banc, démontrant une nouvelle fois en antenne nationale qu’il était bel et bien le franchise player mais aussi le coach de cette équipe des Cavs. Une nouvelle sortie emplie de buzz dont se serait sûrement bien passé son porte-serviette Tyronn Lue, ce dernier ayant déjà du mal à asseoir son autorité au sein du vestiaire. Petite chiquenaude donc pour le King, que le Psy a une nouvelle fois recadré pour son omnipotence dérangeante dans l’Ohio. Parce que s’il veut devenir POTUS, autant laisser les jeunes jouer et se mettre tout de suite à acheter chercher des signatures…

Carmelo AnthonyCarmelo Anthony
Un moment déjà que Melo n’était plus passé faire une bise au cabinet. Et bien évidemment, cette convocation n’est pas là pour le féliciter de sa saison mais plutôt pour savoir pourquoi et comment la star de NY peut bien encore se permettre de tailler ses coéquipiers alors qu’il a “peut-être” quelque chose à voir dans le très beau palmarès des Knicks depuis quelques années. La raison du courroux du Psy ? Melo a tout simplement déclaré qu’il était pressé d’être à Rio pour retrouver l’odeur de la victoire. Sympa pour les copains, c’est vrai qu’il est blanc comme neige le Melo. Remontrances du coup obligatoires pour notre égocentrique aux œillères, qui devrait faire preuve d’un peu plus de clémence avec ses coéquipiers et sa franchise au vu de son passif de “winner”. Quand on veut vraiment gagner on s’en donne les moyens, et que ça passe par “The Decision” ou n’importe quelle autre technique, ça n’est pas en bougonnant dans son coin que les choses avanceront. T’entends ça cousin ?

Sam MitchellSam Mitchell Il va falloir y aller Sammy… On a même envie de te voir dégager avant la fin de saison tiens. Le Psy a eu beau tenter de recadrer une nouvelle fois le coach des Wolves, il semblerait bien que l’ami Sam n’ai toujours pas compris la chance qu’il avait cette saison d’être à la tête d’autant de talent… On a déjà essayé de comprendre cette année avec lui comment il pouvait faire pour utiliser aussi mal son armada de jeunes Loups, mais le vase a débordé cette semaine quand le Psy a vu dans la presse que son patient avait chargé à mort ses jeunes joueurs pour expliquer certaines défaites des Wolves cette saison. Parce que c’est bien connu, les fautifs dans le Minnesota se nomment Karl-Anthony, Zach et Andrew et pas Sam, Gorgui, Adreian et Kevin. Et c’est évident aussi que les money-times joués avec Damjan Rudez et Shabazz Muhammad sont ce qu’il y a de mieux pour faire grandir une franchise. Non sans blague, faut arrêter les substances illicites maintenant. Ou alors se rendre à l’évidence, Sam Mitchell est trop vieux pour ces conneries. Ou alors il est complètement fou. Ou peut-être même les deux.

Nicolas Batumnicolas batum
On passe à une consultation que le Psy attendait avec beaucoup d’impatience. Une impatience franco-française puisqu’il a fallu hier motiver Nicolas Batum afin qu’il fasse le déplacement à Manille pour le TQO, tout comme Joakim Noah. Car si la question de la pertinence d’une participation aux J.O. sans avoir fait le TQO est évidemment intéressante, il ne faudra pas non-plus perdre de vue l’idée que la victoire lors de ce même TQO n’est pas acquise et qu’il faudra partir aux Philippines avec nos meilleures armes. Nico a été dur à manœuvrer lors de cet entretien et il a fallu lui faire prendre conscience que son niveau actuel lui conférerait dans tous les cas de belles offres cet été et qu’il pouvait donc se concentrer autant sur les Bleus que sur son futur contrat. Il aura également fallu se mettre presque à genou pour lui montrer à quel point le peuple français comptait sur lui ainsi que sur tous les cadres et cela dès le début de l’été. Parce qu’on ne va sûrement pas jouer avec le feu, ni avec le Canada.

Kyrie IrvingPhillip Cocu Comme si le niveau affiché cette saison par l’avatar périmé de Tonton Drew ne suffisait pas, il a donc fallu que Kyrie se fasse afficher en mondovision sur les réseaux sociaux par son ex. On ne va sûrement pas revenir en détail sur une affaire digne des plus belles colonnes de Closer, d’autant plus que D’Angelo Russell va également passer ici un peu plus bas, mais le Psy s’est empressé de faire venir Kyrie au cabinet histoire de le remettre dans le droit chemin qui va bientôt le mener en Playoffs. Car même si l’on a pas l’habitude de gérer les problèmes de cocufiage ou autres histoires de cœur, l’océan de foutage de gueule dans lequel s’est jeté la Toile cette semaine est violent pour le patient Kyrie et ce genre de mésaventure à tout pour faire craquer un mec qui n’a franchement pas besoin de ça actuellement. En guise de traitement, le Psy a donc confisqué tous les appareils informatiques au meneur de Cleveland et lui a interdit d’appeler Derek Fisher, ce dernier s’étant selon nos sources déjà mis sur le dossier Kehlani…

D’Angelo Russelld'angelo russell Puisqu’il faut en finir avec la rubrique potin, occupons-nous vite de l’affaire D’Angelo et passons enfin à des considérations un peu plus adultes. Visite express donc pour le rookie des Lakers après que ce dernier fût lui aussi au centre d’une tempête médiatique ayant fait suite à des délires de gamins. L’histoire vous la connaissez tous, c’est celle de Nick Young qui se vante très maladroitement de certains de ses exploits en matière de hum hum et donc D’Angelo qui s’empresse de faire tourner la vidéo tel un Karim Benzema californien. Bravo morray, les Lakers avaient bien besoin de ça pour parfaire une saison en tous points historique, la courageuse fanbase angelina étant sûrement très heureuse de voir son supposé futur génie faire preuve d’autant d’intelligence si tôt dans sa carrière. Rien d’autre à faire du coup pour le Psy que de convoquer le sale gosse et de lui administrer la fessée de l’année, le tout en filmant le tout en l’envoyant à tous ses potes, histoire de lui renvoyer un peu la balle. En espérant que ça lui serve de leçon, même si on a malheureusement du mal à y croire.

Kobe BryantKobe Bryant
2/18 sur les deux derniers matchs, une valise de 48 points face au Jazz, des affaires extra-sportives ruinant “son” vestiaire… Mon dieu que cette fin de carrière est longue pour Kobe, mon dieu qu’on a hâte d’enfin lui dire au revoir le 13 avril. Voir la légende des Lakers sur un parquet n’a absolument plus rien d’excitant et seuls les derniers haters du Mamba peuvent encore se gausser de le voir évoluer tel un fantôme dans la Ligue. Le Psy a donc conseillé à Kobe de s’en tenir à quelques minutes par match dès la prochaine rencontre des siens, histoire d’éviter de derniers affronts et histoire de profiter à plein de la toute dernière ligne droite avant la fin de sa carrière en NBA. Histoire aussi de ne pas se twister bêtement une cheville dans une conclusion qui ne serait malheureusement que trop raccord avec cette dernière saison. Alors doucement sur la corde Kobe, le plus dur est fait et tu n’as plus rien à prouver. Profite des hourras, té-ma les tributes en ton honneur mais par pitié, reste en jogging le plus souvent possible. Allez, un dernier effort.

Gregg PopovichGregg Popovich
C’est une requête du Psy qui a conduit cette semaine Gregg Popovich à arpenter les historiques planches du cabinet TrashTalk. Car il est n’est pas bête le Psy, il a bien vu que les Spurs pouvaient rentrer de la même façon que les Warriors dans l’histoire de la NBA en devenant la première équipe invaincue à domicile depuis la nuit des temps, mais il connaît également la réputation de Pop qui n’hésitera sans doute pas à envoyer Jonathon Simmons jouer les franchise players lors des derniers matchs. Quitte à bien évidemment foutre en l’air le record dont il n’a sûrement rien à foutre, en bon trolleur qu’il a toujours été. Sauf que le Psy aime les Spurs. Sauf que le Psy aime les records et qu’il a donc tenté de passer un pacte secret avec le légendaire coach des Texans qui consiste à s’occuper personnellement de la cryogénisation de Tim Duncan en fin de saison, afin de mieux le ressortir en 2055 pour à nouveau régner sur la Ligue, sous les ordres de Gregg Popovich Junior bien-sûr. un peu tiré par les cheveux mais voilà le genre de taf que le Psy peut aujourd’hui se vanter de faire après maintenant trois ans d’exercice. Rendez-vous donc dans quelques jours pour voir si Gregg tiendra parole…

Stephen CurryStephen Curry
A tout insolent tout honneur, on termine cet Avis du Psy avec le futur double MVP. Une convocation obligatoire au soir d’une dernière ligne droite qui pourrait faire rentrer Stephen et les Dubs dans l’histoire, dans le rôle de l’équipe la plus victorieuse de tous les temps sur une saison. Et quand on s’apprête à rentrer dans l’histoire, mieux vaut avoir un bon coach mental, un job dont s’est acquitté avec joie votre Psy, tout heureux de peut-être faire partie d’une tranche aussi importante de vie. Pas de panique selon lui, tout devrait bien se passer pour Steph et ses boys, si tant est que ces derniers restent focus jusqu’au dernier souffle de la régulière. Car le monde entier veut leur peau et la condescendance de la génération 2003 est bien loin puisque toutes les équipes qui croiseront le fer avec les Warriors d’ici treize jours n’auront qu’une idée en tête, s’offrir le scalp de cette bande de fous. Un accompagnement au jour le jour s’impose donc pour Steph dès ce soir face à Boston, un bon test pour le Psy qui pourra après ça tirer un bel enseignement sur la qualité de son travail. On en reparle la semaine prochaine ?

C’en est fini de cet Avis du Psy n°20, rendez-vous dans une semaine pour un nouveau point Playoffs, probablement accompagné de ses quelques dépressifs. Venus du Texas, de l’Illinois ou peut-être bien de l’Indiana, on sait en tout cas qu’il y aura toujours du client sérieux au cabinet…

Image de couverture : @artkor7 pour TrashTalk

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top