Suns

Earl Watson pourrait rester à la tête des Suns : ses joueurs le soutiennent, ça c’est du tanking

Même dans la défaite, ils sont heureux. C’est ça qui est formidable, à Phoenix. Quelle que soit la situation, il fait beau et les gens vont bien, à tel point que dans le vestiaire des Suns on souhaiterait garder Earl Watson à la tête du navire.

Et en même temps, comment ne pas les comprendre ? Depuis son arrivée, le bilan est exceptionnel pour le nouvel entraîneur puisqu’en 19 rencontres il en a perdu 15. Mais bon, encore une fois, le plus important c’est de courir et s’amuser, pas de remporter des matchs. Plus sérieusement, on sait qu’après une très belle première saison dans l’Arizona, Jeff Hornacek avait perdu son vestiaire petit à petit, l’ambiance devenant bien trop compliquée à gérer avec un Markieff Morris insupportable et d’autres pépins insurmontables. Une montagne qui s’écroulera finalement sur la joue de l’entraîneur, viré en début de mois dernier et remplacé par Watson. Depuis, même si les résultats ne se sont certainement pas améliorés, le cadre est devenu plus sain, les joueurs se ramènent avec le sourire et un semblant de fondation est en construction dans le groupe. Le genre de stabilité que n’importe quel athlète aime sentir après plusieurs semaines de chaos et de tremblements permanents, surtout pour les jeunes qui ont besoin d’un minimum de structure pour pouvoir s’améliorer. Et du coup, à l’approche d’une fin de saison qui ‘devrait’ servir de fin de test pour Earl, il se pourrait que l’intéressé soit gardé. Du moins, comme Marc J. Spears d’ESPN le rapporte, les joueurs sont derrière leur entraîneur.

Quelle que soit la fin de cette saison, le coach intérimaire a gagné un fort respect de la part de ses joueurs. Deux d’entre eux ont d’ailleurs affirmé que le groupe complet souhaiterait le voir rester.

Et quelque part, on peut les comprendre. Rien que dans les récents affrontements, malgré l’objectif principal qui est de tanker le finish afin de récupérer un choix de Draft aussi élevé que possible, le niveau de compétitivité des Suns a largement dépassé celui dont Hornacek bénéficiait, et que Markieff flinguait à lui seul. Onze matchs, 5 victoires, c’est un début de progrès pour une franchise qui ne sait pas vraiment dans quelle direction se positionner. Maintenant, faut-il vraiment conserver un entraîneur aussi inexpérimenté lorsque la cible de la saison prochaine sera le retour en Playoffs et un besoin de régularité dans les performances ? On l’aime bien le Watson, notamment pour sa carrière de joueur bien discrète et ô combien efficace. Sauf que Phoenix ne va pas passer de branlées de 30 points à des matchs serrés, ou des défaites incompréhensibles à la maison suivies par des combats acharnés en déplacement. Il faut un homme de poigne, d’ambition et avec un peu de renom, qui puisse emmener un vrai groupe de bons talents vers des hauteurs dignes de son potentiel. En tout cas, ce n’est pas le bilan qui va aider Watson dans son dossier, même si le management local n’est plus à ça près.

Et si les Suns conservaient Earl en tant qu’entraîneur dans la région ? Pas sûr que cela plaise aux fans en terme de progression, mais puisque le principal est de courir et s’amuser…

Source : Yahoo Sports

Source image : Zimbio


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top