6ème Homme

6ème Homme – Février : à défaut d’aller en Playoffs, les Pelicans tentent un doublé historique

Jrue Holiday Ryan Anderson 6ème homme Pelicans

Dynamiteur, homme à tout faire ou energizer, le sixième homme peut prendre différent visage. Véritable titulaire qui se contente de tout donner en sortie de banc, apportant l’étincelle nécessaire pour faire basculer les rencontre, son rôle peut paraitre ingrat. Mais il n’en demeure pas moins essentiel pour toute franchise ambitieuse, ce qui fait de ce trophée de meilleure 6ème homme une récompense prisée.

Place au classement actualisé après le mois de février, la principale information étant l’arrivée en trombe de Jrue Holiday, un concurrent qu’on n’attendait pas dans cette course au trophée du meilleur 6ème homme. Entrée également de Zach LaVine, alors que Manu Ginobili (blessé) et Trey Burke (grillé par Shelvin Mack) nous disent au revoir.

Place 6ème homme Bilan du mois

 10

(régression)

Jeremy LinJeremy Lin 6ème homme

Stats du mois : 9,4 points à 37,3% dont 38,9% du parking, 2,7 rebonds et 3,1 passes en 24,2 minutes

Stats de la saison : 11,8 points à 41,3% dont 32,5% du parking, 3,2 rebonds et 3,2 passes en 26,8 minutes

Mention : Dragon Basketball

Des stats en baisse ce mois-ci pour Jeremy Lin qui se contente désormais de regarder Kemba Walker poser ses cojones sur la table pour tenter de mener les Hornets en Playoffs. Il serait temps de passer au niveau Super Saiyan de niveau supérieur l’ami. Et de rentrer les shoots

 9

(-)

Dennis SchröderDennis Schröder 6ème homme

Stats du mois : 13,1 points à 48,5% dont 41,9% du parking, 3,4 rebonds et 4,8 passes en 19,6 minutes

Stats de la saison : 11,1 points à 41,3% dont 33,9% du parking, 2,9 rebonds et 4,6 passes en 20,9 minutes

Mention : Karotte

Il se voyait déjà titulaire. Les rumeurs de trade s’intensifiant autour de Jeff Teague, l’Allemand s’imaginait enfin pénard seule à la mène des Hawks. Sauf que les Faucons ont finalement décidé de garder les deux joueurs et de repousser à cet été une éventuelle restructuration de l’effectif. C’est ce qu’on appelle une belle carotte.

 8

(entrée)

Zach LaVineZach LaVine 6ème Homme

Stats du mois : 14,2 points à 44% dont 42,1% du parking, 2,9 rebonds et 3,3 passes en 31,7 minutes

Stats de la saison : 12,9 points à 43,9% dont 35,9% du parking, 3 rebonds et 3,2 passes en 24,8 minutes

Mention : Ressort du All-Star Game.

Son cas a été évoqué parmi les sophomores, mais on ne peut pas passer à côté de l’homme monté sur ressort des Wolves ce mois-ci. N’ayant toujours pas trouvé sa place dans le 5 majeur de Minny, c’est en tant que 6ème homme qu’il tente de dynamiter les défenses adverses. De loin ou la tête dans les étoiles.

 7

(-)

Jamal Crawfordjamal crawford 6ème homme

Stats du mois : 18,9 points à 38,8% dont 27,3% du parking, 2,5 rebonds et 2,4 passes 31,3 minutes

Stats de la saison : 13,9 points à 39,9% dont 31,6% du parking, 1,8 rebonds et 2,2 passes en 26,5 minutes

Mention : Concurrent d’Austin Rivers

Les années passent et Jamal Crawford ne change pas. Toujours là en sortie de banc pour allumer la mèche, placer quelques crossovers bien sentis et alimenter la marque. Le temps n’a pas d’emprise sur lui. Les shoots manqués non plus. Cadeau pour lui ce mois-ci, il n’aura plus Lance Stephenson dans les pattes.

 6

(régression)

Darren CollisonDarren Collison 6ème homme

Stats du mois : 16,9 points à 61% dont 44,4% du parking, 2,5 rebonds et 3,2 passes en 29,3 minutes

Stats de la saison : 13,5 points à 48,4% dont 38,3% du parking, 2,2 rebonds et 3,9 passes en 28,6 minutes

Mention : Le chainon manquant entre DMC et CP3

La doublure de Rajon Rondo passe de plus en plus de temps sur le parquet avec lui. Par conséquent, ses stats sont en progrès en février. Mais qu’il ne s’enflamme pas trop, il restera remplaçant. Et il n’ira pas en Playoffs. On parie ?

 5

(régression)

Will BartonWil Barton 6ème homme

Stats du mois : 15 points à 43,8% dont 23,8% du parking, 6,9 rebonds et 2,6 passes en 28,7 minutes

Stats de la saison : 15,4 points à 44% dont 35,7% du parking, 6,1 rebonds et 2,4 passes en 28,8 minutes

Mention : Moins ridicule que Drummond au SDC

Tranquillement, le 6ème homme des Nuggets continue de scorer, même si en février il a un peu arroser longue distance. Avec la blessure de Danilo Gallinari, il devrait pouvoir cartonner sur cette fin de saison avec certainement un lot de munitions illimitées. Will Carton.

 4

(régression)

 Enes Kanter
Enes Kanter 6ème homme

Stats du mois : 11,4 points à 53,9%, 7,7 rebonds en 19,7 minutes

Stats de la saison : 11,8 points à 55,2%, 7,6 rebonds en 20,6 minutes

Mention : Pire moustache de la Ligue

Le pivot remplaçant du Thunder continue à faire ses stats, mais son horrible moustache nous oblige à le rétrograder dans ce classement. Comme en plus depuis le All-Star Game OKC nous stresse, cela fait deux bonnes raisons pour qu’il soit hors du podium.

3

(régression)

Andre Iguodala
Andre Iguodala 6ème homme

Stats du mois : 7,1 points à 42,6% dont 21,4% du parking, 3,5 rebonds et 3,5 passes en 27,5 minutes

Stats de la saison : 7,4 points à 48,2% dont 35,2% du parking, 4,2 rebonds et 3,5 passes en 27,3 minutes

Mention : Iggy Top

On en revient toujours au même. Faut-il privilégier les stats ou l’apport dans une équipe qui gagne ? Si on choisit la seconde option, Andre Iguodala est le meilleur 6ème homme de la Ligue. Si on opte pour la première, on passe à côté d’un remplaçant d’exception. Baisse au niveau de l’adresse en février.

 2

(entrée)

Jrue HolidayJrue Holiday 6ème homme

Stats du mois : 19,3 points à 43,5% dont 19,6% du parking, 3,6 rebonds et 7,6 passes en 30,8 minutes

Stats de la saison : 15,6% à 44,2% dont 32,8% du parking, 2,9 rebonds et 5,8 passes en

Mention : Monsieur vacances

Voir coup de projecteur

 1

(-)

Ryan AndersonRyan Anderson 6ème homme

Stats du mois : 15,3 points à 42,5% dont 29,8% du parking, 5,3 rebonds en 28,2 minutes

Stats de la saison : 17,1 points à 43,6% dont 38,3% du parking, 5,9 rebonds et 30,8 minutes

Mention : Regarde dans le rétro

On le pensait tranquillement placé pour s’assurer son titre de meilleur 6ème homme. Mais un mois de février bien moins réussi que les précédents et un concurrent au sein même de sa franchise pourraient bien venir remettre en cause un trophée qui semblait acquis. De quoi le motiver encore plus lui qui voudra gratter un gros contrat cet été ?

Coup de projecteur : Jrue Holiday

Voilà un joueur qu’on n’attendait pas dans la course au meilleur 6ème homme; Il faut dire qu’en début de saison, tout destinait Jrue Holiday à driver les Pelicans dans un rôle simple : servir Anthony Davis. Mais les mauvais résultats de la franchise ont fait changé son fusil d’épaule à Alvin Gentry qui a finalement décidé de faire sortir son meneur du banc, confiant la place dans le starting five à Norris Cole. Le moins que l’on puisse dire c’est que “Monsieur Vacances” s’épanouit dans ce nouveau statut, au point de venir faire de l’ombre à son coéquipier Ryan Anderson qui caracolait en tête des suffrages pour le trophée de meilleur remplaçant. Attention tout de même à ne pas se prendre pour ce qu’il n’est pas en bouffant trop la balle et en oubliant que le taulier à la Nouvelle-Orléans, c’est le Monosourcil et qu’il doit avoir plus de ticket shoot que quiconque dans l’équipe.

Toujours en tête, Ryan Anderson peut-il se faire coiffer sur le poteau par son coéquipier ? Ou le bilan des Warriors va-t-il faire la différence pour qu’Andre Iguodala, malgré ses statistiques moins clinquantes, grille la politesse aux joueurs des Pelicans ?  

*Stats au 28/02/2016

Source image :  NBA.com


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top