All-Star Weekend

Toronto et la NBA rendent hommage à Kobe Bryant pour sa dernière, merci pour les larmes

Kobe Bryant

Comme prévu, Kobe Bryant a eu droit à son petit hommage de la part de la NBA. Big up au passage à tous ceux qui sont restés pour le match.

C’était l’un des moments que toute la planète basket attendait, avant même que le show débute sur le parquet. Un ultime hommage étoilé à Kobe Bryant, pour son 18ème et dernier All-Star Game. Des frissons, des sourires, et même probablement quelques larmes par-ci, par-là…

Déjà lors de la présentation des joueurs (merci Russell Westbrook, on a bien cru que tout le monde rentrerait en tirant la gueule…), Kobe avait tué toute concurrence à l’applaudimètre. Avec son sourire légendaire sur le visage, preuve que l’accumulation des hommages doit sûrement toucher le bonhomme au plus profond d’un cœur pourtant souvent qualifié de pierre, Kobe est tout d’abord apparu un peu renfermé, les mains dans les poches tel le daron qu’il était ce soir.

Puis une fois toute la petite famille présentée et posée sur le parquet, après également avoir vu Jarrett Jack Ne-Yo et les restes plastifiés de Nelly Furtado entonner les hymnes américains et canadiens, ce fut au tour de Magic Johnson de prendre le mic’ et de présenter à la foule celui pour qui une grosse partie de la fanbase NBA était restée debout cette nuit. On eut droit aussi aux traditionnelles vidéos hommage et à la bise d’une partie de ses coéquipiers et adversaires du soir, puis les frissons et les larmes montaient à mesure que les “Kobe, Kobe” retentissaient dans les travées d’un Air Canada Centre tout acquis à la cause du quintuple champion NBA avec les Lakers. Quelques mots doux susurrés par Magic et la parole donnée au Mamba, quatre fois MVP du ASG et donc véritable re-sta de la soirée, juste ce qu’il fallait pour lancer une nuit qui s’annonçait malgré tout “spéciale”, le cul coincé entre l’envie de le voir gambader une dernière fois au milieu des stars et l’idée passagère de zapper un match sans intérêt aucun, si ce n’est que de savoir si oui ou non l’over-under allait dépasser les 400…

Allez ça y’est, c’est presque fini, encore 27 matchs à subir les no-systems de Byron Scott pour pouvoir profiter encore un tout petit peu de l’un des plus grands joueurs de l’histoire. En tout cas Toronto a fait son taf en révélant un tout petit peu plus notre côté fragile dès lors que ça commence à parler “légende”. Merci messieurs en tout cas, mission accomplie…

Source vidéo : youtube

Source image : League Pass

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top