6ème Homme

6ème Homme – Janvier : après MVP des Finales, Andre Iguodala peut-il aller chercher un nouveau trophée ?

ryan anderson andre iguodala 6ème homme

Ryan Anderson semble toujours être le mieux placé pour aller chercher ce trophée. Mais si on laisse de côté les stats pour se pencher sur l’impact pur du joueur et son apport dans les succès de son équipe, on aperçoit Andre Iguodala grand sourire derrière la silhouette du stretch four des Pelicans.

Dynamiteur, homme à tout faire ou energizer, le sixième homme peut prendre différent visage. Véritable titulaire qui se contente de tout donner en sortie de banc, apportant l’étincelle nécessaire pour faire basculer les rencontre, son rôle peut paraitre ingrat. Mais il n’en demeure pas moins essentiel pour toute franchise ambitieuse, ce qui fait de ce trophée de meilleure 6ème homme une récompense prisée.

Place au classement actualisé après le mois de janvier, avec pas mal de changements, et même du chamboulement au niveau des premières places.

Place 6ème homme Bilan du mois

 10

(régression)

Manu GinobiliSixième homme 6ème homme manu ginobili

Stats du mois : 9,8 points à 45,2%, 38,2% du parking, 3 rebonds, 3 passes, 1,3 interception en 19,4 minutes

Stats de la saison : 10 points à 45,5%, 37,5% du parking, 3 rebonds, 3,3 passes, 1,1 interception en  19,7 minutes

Mention : increvable

On a beau voir les années passées, Manu Ginobili continue de s’afficher parmi les meilleurs sixièmes hommes de la Ligue avec sa classe naturelle. Il n’a plus forcément les cannes pour donner sur des durées aussi longues qu’avant, mais cette saison encore il continue d’être le leader du banc des Spurs, l’un des plus performants en NBA.

 9

(régression)

Dennis Schröder6ème homme sixième homme

Stats du mois : 11 points à 42,2%, 36,6% du parking, 3,6 rebonds, 5,5 passes et 0,9 interception en  21,8 minutes

Stats de la saison : 10,7 points à 41,3%, 32,4% du parking, 2,8 rebonds, 4,7 passes et 1 interception en  21,2 minutes

Mention : Auf Wiedersehen Herr teague

Pas sûr que l’Allemand des Hawks termine la saison dans ce classement. En effet, Atlanta ne serait pas contre l’idée de lui confier la boutique en envoyant Jeff Teague sous d’autres cieux. Mais en attendant, c’est avec la second unit des Faucons qu’il se montre à son avantage. Plus pour très longtemps apparemment.

 8

(entrée)

Trey Burke6ème homme sixième homme

Stats du mois : 12,7 points à 40,8%, 34,3% du parking, 1,7 rebonds et 2,5 passes en 25,5 minutes

Stats de la saison : 12,3 points à 42,7%, 35,5% du parking, 2 rebonds et 2,7 passes en 24,3 minutes

Mention : c’est qui le titulaire ?

Si Trey Burke est remplaçant, ce n’est pas parce qu’il est moins bon que Raul Neto, le titulaire du poste au Jazz. Non, c’est juste pour équilibrer les rotations et avoir un bon défenseur sur ce poste dans le cinq majeur. Sinon, il surclasse son concurrent dans tous les autres domaines. Comme Dennis Schröder juste au dessus, il aspire certainement à débuter les matchs. Pas sûr qu’il ne se retrouve pas doublure de l’Allemand en Géorgie, son nom étant associé aux rumeurs de trade de Jeff Teague.

 7

(retour)

Jamal Crawfordjamal crawford 6ème homme

Stats du mois : 14,8 points à 43,3%, 33,3% du parking, 1,7 passe en 26,3 minutes

Stats de la saison : 12,5 points à 39,5%, 32,3% du parking, 2,1 passes en 25,5 minutes

Mention : lauréat ancien

Deuxième ancien vainqueur du trophée de notre classement après El Manu, Jamal Crawford a même fait main basse deux fois sur la récompense. Mais lui aussi n’est plus de première jeunesse, et même s’il continue d’alimenter la marque pour les Clippers depuis le banc, il n’est plus le prétendant ultime pour être le meilleur sixième homme. Juste un concurrent qui recevra quelques voix bien méritées. il profite bien de l’absence de Blake Griffin pour avoir plus de responsabilité.

 6

(régression)

Jeremy Lin6ème homme Jeremy Lin

Stats du mois : 13,9 points à 42%, 28,6% du parking, 3,3 rebonds et 3,3 passes en 31,4 minutes

Stats de la saison : 12,5 points à 42,5%, 31,6% du parking, 3,3 rebonds et 3,2 passes en 27,4 minutes

Mention : homme sandwich pour gel fixation extrême

En relai ou soutien de Kemba Walker selon la rotation mise en place par Stev Clifford, Jeremy Lin a trouvé sa place à Charlotte. Dommage pour lui que les résultats collectifs soient compliqués en ce mois de janvier car de son côté il a fait le taf, malgré des soucis à la cheville et à la coiffure.

 5

(entrée)

Darren Collison6ème homme darren collison

Stats du mois : 11,5 points à 45,5%, 41,7% du parking, 2,1 rebonds 3,5 passes et 0,9 interception en 27,6 minutes

Stats de la saison : 12,7 points à 45,4%, 36,9% du parking, 2,1 rebonds 4,1 passes et 1 interception en 28,5 minutes

Mention : avaleur de carottes

Darren Collison, ou l’art d’être au mauvais endroit au mauvais moment. Il n’a jamais réussi à s’exprimer à fond en tant que meneur titulaire, et à chaque qu’il aurait pu passer ce palier, soit il a déçu, soit on lui a collé un mec intouchable dans les pattes, le reléguant ainsi sur le banc. Mais finalement, doublure de Chris Paul ou de Rajon Rondo, c’est pas si mal comme métier ? Si on avait imaginé Marco Belinelli comme 6ème homme des Kings en début de saison, Collison l’a supplanté.

 4

(régression)

 Will Barton
6ème homme will barton

Stats du mois : 12,8 points à 38,2%, 31,5% du parking, 5,8 rebonds, 2,2 passes en 27,1 minutes

Stats de la saison : 15,5 points à 45,5%, 38,2% du parking, 5,9 rebonds, 2,4 passes en 28,8 minutes

Mention : meilleur que son frère

En décembre, il avait mis tout le monde d’accord ou presque en proposant carton sur carton. il est revenu à des chiffres plus “communs”, même si son apport en sortie de banc font de lui l’un des meilleurs remplaçants de la Ligue. Mais dans une équipe pas forcément super médiatique, il n’aura pas la hype pour lui au moment des votes.

3

(-)

Enes Kanter
§ème homme enes kanter

Stats du mois : 11,8 points à 513%, 6,6 rebonds en 21,5 minutes

Stats de la saison : 11,8 points à 55,4%, 7,6 rebonds en 20,7 minutes

Mention : tavernier

Malgré une légère baisse au niveau des stats ce mois-ci, Enes Kanter ravi toujours autant Sam Presti qui a misé gros sur lui. OKC mène sa barque tranquillement derrière les Dubs et les Spurs, et si Kevin Durant et Russell Westbrook sont les capitaines du navire, ils ont en Enes Kanter un matelos productif qui pourrait offrir de sacrés maux de têtes aux coachs adverses une fois les Playoffs venus.

 2

(retour)

Andre Iguodala6ème homme andre iguodala

Stats du mois : 6,6 points à 49,3%, 33,3% du parking, 4 rebonds, 3,4 passes et 0,7 interception en 26 minutes

Stats de la saison : 7,5 points à 49,3%, 38,1% du parking, 4,3 rebonds, 3,5 passes et 1,2 interception en 27,4 minutes

Mention : MVP des Finales

Voir coup de coeur

 1

(-)

Ryan Anderson6ème homme ryan anderson

Stats du mois : 19,4 points à 43,8%, 3,8 rebonds, 1,6 passe en  35 minutes

Stats de la saison : 20,6 points à 43,3%, 3,8 rebonds, 1,7 passe en 35,1 minutes

Mention : Pélican de parking

Dans la saison morose en Louisiane, Ryan Anderson tire son épingle du jeu. Bizarre pour un mec en contract year et qui donc va chercher un gros contrat cet été. Il n’empêche que lui tient son poste sans passer la moitié de son temps à l’infirmerie ou à sortir des prestations indignes de son niveau. Toujours premier comme depuis le début de la saison, il sent tout de même la menace Iggy se rapprocher. Pas sûr que les ogives qu’il envoie soir après soir soient suffisantes pour éloigner son adversaire.

Coup de coeur : Andre Iguodala

Alors oui, les statistiques du 6ème homme des Warriors ne sont pas forcément les plus reluisantes. Il ne tourne même pas en double figure au niveau des points, se contentant de 7,5 pions tous les soirs. Mais pourquoi faire plus quand on est entouré d’artificiers qui alimentent la table de marque ? Non, Iggy lui facilite le jeu des siens. Tantôt passeur, tantôt défenseur, tantôt rebondeur, l’ailier a tout faire des Dubs passe presque inaperçu au milieu de Stephen Curry, Draymond Green, Klay Thompson ou Festus Ezeli. Mais le deuxième plus vieux joueur de l’effectif de Steve Kerr – derrière Leandro Barbosa – connait le sens du sacrifice qui permet d’aller chercher des victoires, et même des titres depuis l’an dernier. D’ailleurs, lorsqu’il n’est pas là les Warriors en chient contre les Sixers. Et ça, la NBA en a bien conscience puisqu’elle l’a déjà honoré avec le trophée de MVP des dernières Finales. Et alors que les siens marchent vers un bilan record en saison régulière, elle pourrait bien le récompenser une fois de plus.

Si Ryan Anderson fait toujours la course en tête, la polyvalence d’Andre Iguodala et le bilan des Warriors pourraient bien finalement faire pencher la balance du côté de l’homme à tout faire des Dubs. Et lui permettre de mettre la main sur un nouveau trophée

*Stats au 30/01/2016

Source image :  Stacy Revere/Getty Images North America

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top