MVP Rankings

MVP Rankings – Semaine 11 : test de la mort pour LeBron, avec Kawhi, Harden et Curry au menu

MVP

Attention à cet énorme virage qui se présente devant LeBron cette semaine, puisque deux gros clients du classement viendront toquer à sa porte : coucou le King !

C’est le grand classement, celui qui crée tous les débats et provoque des guerres de plusieurs mois sur les réseaux sociaux. Les plus fat clients de la NBA se rassemblent dans le MVP Ranking, on décortique le tout pour la semaine à venir.

Mettre des branlées aux Wizards ou aux Sixers, c’est sympa et ça donne un peu de bonheur aux fans de belles actions. Mais on le sait tous, depuis si longtemps, les vrais coups de poings sur la table sont donnés lorsque des affrontements opposent deux équipes majeures avec deux clients hors-norme. Pour LeBron ? Trois pièces de choix cette semaine, avec un petit Kawhi Leonard en entrée, un bon James Harden en plat principal, et un fat Stephen Curry en dessert. Le genre de menu qui peut vous sublimer la soirée et imposer un sommeil paradisiaque, ou bien se transformer en indigestion massive et faire des toilettes votre lit pour la nuit. C’est justement au King de faire son choix aujourd’hui, car Stephen Curry court toujours avec dix bons kilomètres d’avance et il faudra bien un exploit pour aller le chercher : gagner à San Antonio puis à Houston, bonjour la paire s’il y arrive.

Place Joueur Commentaire

1
(-)

Stephen Curry La pire des nouvelles pour la concurrence ? Après un petit break bien nécessaire suivant des pépins physiques, le pyromane de la Baie a retrouvé ses jambes, son rythme et son flow, la barre des trente étant dépassée les doigts dans le pif. Stephen a une semaine idéale en perspective, surtout que la suivante commencera lundi prochain avec un déplacement particulièrement médiatisé. Comment s’appelle cette ville déjà… dans l’Ohio… Oui, voilà, Cleveland. Match commenté en direct, ambiance survoltée en perspective, que du bonheur au programme. Les Cavs ont été battus à Noël, il faut faire double pour mettre un terme définitif aux discussions.
Statistiques : 29,5 points, 5,2 rebonds, 6,5 passes et 2,1 interceptions à 51% au tir dont 45% de loin.

2
(-)

Kawhi Leonard Après s’être occupé de Melo à domicile, l’étrangleur du Texas va pouvoir offrir son premier vrai sourire de la saison en accueillant un autre client fort sympathique de la Draft 2003 : LeBranne James. Match absolument immanquable ce jeudi, avec des confrontations énormes à chaque poste et un duel à l’aile qui en fait déjà suer plus d’un. Sachant que les Spurs n’ont pas encore perdu le moindre match à la maison cette saison, la mission de Kawhi est simple. Enfin courte, pas simple. Battre LeBron, lui faire passer une soirée de merde et rester invincible à domicile.
Statistiques : 20,6 points, 7,1 rebonds, 2,6 passes et 2 interceptions à 51% au tir dont 49% de loin.

3
(-)

LeBron James
Si le Père Noël est officiellement venu faire sa livraison il y a trois semaines, un petit bonus du traîneau semble avoir atterri dans la cheminée du cyborg puisqu’un programme 100% Playoffs l’attend : Leonard puis Harden puis Curry ? En 5 jours ? On ne parle pas de cylindrées de l’Est, certes, mais en terme de concurrence dans la course actuel difficile de trouver un trio plus dense. Surtout que les Cavs de LeBron seront en déplacement sur deux de ces trois matchs, de quoi tester le fighting spirit de cette équipe ainsi que son leader. Certains disent qu’il ne s’agit que d’un match de régulière : bullshit, James est déjà chaud.
Statistiques : 25,8 points, 7,4 rebonds, 6 passes et 1,5 interception à 50% au tir dont 29% de loin.

4
(-)

Russell Westbrook Finalement, l’expérience full-Russell n’a pas eu lieu plus longtemps que prévu, puisque Durant est revenu de sa blessure très rapidement et le Thunder a repris son rythme habituel. Westbrook enchaîne les performances statistiques de folie, ses moyennes dépassant l’entendement pour un… meneur de jeu. Mais on a compris qu’il ne venait pas de notre planète, donc on va juste lui demander de nous faire signe lorsqu’il débarquera à OKC à bors de son vaisseau spatial : le Heat en déplacement chez lui, ça pue la revanche à plein nez cette affaire.
Statistiques : 25,5 points, 7 rebonds, 9,5 passes et 2,4 interceptions à 46% au tir et 30% de loin.

5
(+3)

Chris Paul
Oh la belle progression ! Il faut dire qu’en ce moment, les Clippers sont aussi calmes que les Spurs en terme de business géré sans faire du bruit, probablement ce qui a fait le plus de bien aux fans de L.A depuis la reprise de la saison. Dans son coin, Paul continue à envoyer du steak tous les soirs, et un petit rendez-vous avec le Heat sera immanquable cette semaine. On appréciait déjà le taf de CP depuis le début de la nouvelle année, on a appris que Blake était loin de revenir, on en redemande pour voir jusqu’où la série de victoires actuelle peut aller. 
Statistiques : 18,1 points, 3,7 rebonds, 9,5 passes et 1,9 interception à 45% dont 35% de loin.

6
(-)

Paul George

Perte de rythme et vilaine défaite à Houston, pas de quoi tirer sur l’alarme mais George doit faire attention au business car CJ Miles s’est bien flingué la semaine dernière et les responsabilités seront accrues des deux côtés du terrain. Deux grosses rencontres à regarder de près cette semaine, avec un déplacement tendu à Boston et la réception des Wizards, deux équipes hors du Top 8 certes mais qui ont les Pacers devant le viseur afin de faire chuter une franchise des hauteurs de l’Est. On aime le PG distributeur, on veut retrouver le PG chaud-scoreur.
Statistiques : 24,2 points, 7,6 rebonds, 3,9 passes et 1,9 interception à 41% au tir dont 39% de loin.

7
(-2)

Dwyane Wade Une cinquième place trop chaude à assumer ? La semaine dernière, Dwyane avait réussi à passer sa tête dans le Top 5 mais son corps a dit stop et les premiers signes de fatigue ont fait leur apparition. Quelques grimaces, beaucoup de briques, mais surtout des défaites qui font qu’on ne peut laisser Wade squatter le rang des géants. Cependant, on adore son boulot depuis le début de saison et voir que Flash en a encore sous le capot, donc on va faire une petite suggestion à Spoelstra et voir comment il y répond : 15 jours de repos à la LeBron, ça serait pas idéal pour l’ancien avant de le voir craquer ?
Statistiques : 18,5 points, 4,1 rebonds, 4,6 passes et 1 interception à 45% au tir dont 24% de loin.

8
(+1)

James Harden

Trois victoires de suite dont deux face à Utah, pas de quoi en faire une Fête des Voisins mais suffisant pour que James gagne une place et que la tornade se calme à Houston. Un peu de calme et de stabilité, voilà qui pourrait faire du bien au barbu, lui qui aura deux grosses missions à gérer cette semaine : un petit Tony Allen envoyé en plan Tinder et LeBron qui débarque le lendemain à l’appart, autant ranger ses affaires rapidement sinon ça sent l’écran télé balancé par la fenêtre et la grosse ficha sur les réseaux sociaux. Un conseil, gérer à Memphis et revenir victorieux sur la pointe des pieds, ça passera crème de chez crème.
Statistiques : 28,1 points, 6,1 rebonds, 6,7 passes et 1,6 interception à 42% au tir dont 33% de loin.

9
(-2)

Jimmy Butler

On continue dans le thème des montagnes russes insupportables, avec notre client préféré cette saison, Jimmy Buckets. Tantôt fantastique, tantôt relou à tout vouloir gérer seul, tantôt exemplaire sur le terrain, tantôt fatigant face aux micros, l’arrière envoie certes du bois mais comment lui accorder une place au-dessus du Top 7 si on n’arrive pas à enchaîner trois bons matchs de suite à Chicago ? Milwaukee, Philly, Dallas et Détroit au programme, franchement s’il chie encore c’est à ne plus rien comprendre. Et pourtant, on a l’impression d’avoir déjà écrit ça plus de 10 fois cette saison… Fatigant, on se répète mais, fatigant. 
Statistiques : 22 points, 4,8 rebonds, 4,1 passes et 1,8 interception à 46% au tir dont 33% de loin.

10
(-)

Kyl Lowry

Spot réservé pour la wild-card de folie hebdomadaire. On aurait pu garder DeMarcus car le monstre balance des chiffres insensés en ce moment, mais qui peut bien être le second de la Conférence Est à l’heure actuelle ? Pas le Heat, pas les Bulls, pas les Pacers ni les Hawks, ce sont bien les Raptors qui peuvent certes compter sur un DeRozan de feu mais surtout sur un Lowry de plus en plus régulier, répondant à l’appel tous les soirs en cochant chaque case statistique. Il n’a pas réalisé de carton depuis longtemps, mais Toronto n’en a pas besoin : aujourd’hui, s’il faut l’envoyer au All-Star Game, c’est sans la moindre hésitation. 
Statistiques : 20,7 points, 5,1 rebonds, 6,4 passes et 2,3 interceptions à 42% au tir dont 37% de loin.

Au revoir DeMarcus, rebonjour Calorie, la course se resserre et on attendra avec impatience les performances à venir. Du client, du client, du client : on en retrouvera encore la semaine prochaine, dans le MVP Ranking douzième édition !

Source image : @CavsNationNet


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top