MVP Rankings

MVP Rankings – Semaine 8 : Kawhi contre Harden, Curry contre LeBron, le 25 ça va saigner !

MVP

La course est toujours aussi serrée derrière l’intouchable meneur des Warriors, qui pourrait cependant rencontrer un gros test cette semaine à domicile !

C’est le grand classement, celui qui crée tous les débats et provoque des guerres de plusieurs mois sur les réseaux sociaux. Les plus fat clients de la NBA se rassemblent dans le MVP Ranking, on décortique le tout pour la semaine à venir.

Plus que quelques jours, quelques petites heures à devoir regarder défiler avant que le marathon le plus médiatisé de l’année ouvre ses portes. Ce vendredi, la planète basket aura certes une forte odeur de dinde et de chocolat, mais elle sera surtout collée devant l’écran afin de voir en action certains clients de haute qualité. Entre Stephen Curry qui accueille LeBron James, Kawhi Leonard qui rencontre James Harden, Chris Bosh qui déjeune avec Anthony Davis et Jimmy Butler qui ouvrira les cadeaux avec Kevin Durant, tout le monde aura droit à son petit duel de choix et se régalera comme nous pendant une demi-journée complète. Le genre d’événement qui renforce un peu plus la magie de Noël, et qui pourrait surtout modifier le classement ci-dessous en cas d’immense performance…

Place Joueur Commentaire

1
(-)

Stephen Curry On y est, enfin. Le voilà, le fameux test tant attendu, qui permettra à Stephen Curry de mettre un point d’exclamation sur une sublime année 2015… ou bien relancer la course pour le titre de MVP à un certain cyborg de l’Ohio. Ce vendredi, tout le monde sera sur ce Warriors-Cavs de dingos, un duel qui s’annonce légendaire et qui aura un impact fort sur ce classement. Si Curry domine et l’emporte ? On pourra définitivement fermer cette rubrique et se donner rendez-vous en mai pour la cérémonie officielle. En revanche, si Cleveland s’impose à l’Oracle avec un LeBron en mode Le Père Noël est une ordure… Là ça deviendra tout de suite plus intéressant. La hiérarchie NBA est aux pieds de Stephen, à lui de la tamponner avec un show grandiose.
Statistiques : 31,8 points, 5,4 rebonds, 6,2 passes et 2,1 interceptions à 52% au tir dont 45% de loin.

2
(-)

LeBron James C’est parti mon kiki. Les dieux de la santé ont fait leur taff comme il faut en apportant à LeBron un effectif complet à quelques jours de ses retrouvailles avec Golden State. Un match important ? Oui, évidemment, mais comme Kevin Durant a pu le constater la semaine dernière : le boss reste le numéro 23. Et c’est justement avec cette approche que LBJ abordera la rencontre de ce vendredi, pouvant lancer un run mémorable du côté de Cleveland. Kyrie est de retour, Iman aussi, l’Est commence à s’essouffler et les Cavs sont enfin au complet. L’heure d’activer le rouleau-compresseur est arrivée, direction les étoiles après un passage par Oakland.
Statistiques : 26,5 points, 7,6 rebonds, 6,4 passes et 1,5 interception à 50% au tir dont 27% de loin.

3
(-)

Kawhi Leonard
Quelqu’un a des nouvelles de Chris Paul et Paul George ? Les deux copains pensaient pouvoir mener leur équipe vers la victoire en déplacement à San Antonio… jusqu’à ce que la force de dissuasion défensive la plus redoutable s’abatte sur leur gueule. Résultat, les deux stars ont dû rapidement s’incliner face à la maestria de ‘The Klaw’, entouré parfaitement par un groupe plus rodé que jamais et prêt à boucler l’affaire ce vendredi : James Harden dans le viseur, un autre monstre offensif qui pourrait demander l’autorisation de sortie du territoire à ses parents si on se base sur les récentes prestations de Kawhi. L’air est tout simplement irrespirable s’il s’occupe de vous pendant 48 minutes.
Statistiques : 21,1 points, 7,4 rebonds, 2,7 passes et 2 interceptions à 51% au tir dont 47% de loin.

4
(-)

Kevin Durant Le tir de la gagne chez les Clippers aurait pu lui filer la place de Kawhi, mais sa performance en demi-molle face à LeBron a clairement joué en sa défaveur, KD passant plus ou moins pour un enfant devant le daron de Cleveland qui l’emportera avec l’équipe B des Cavs. Pas top pour son classement, mais on s’émerveille toujours devant la machine offensive qu’il représente, et qui devra être au top de sa forme ce vendredi pour Noël : avec Jimmy Butler sur le crâne, les pourcentages pourraient vite en prendre un coup si le numéro 35 n’active pas le mode Playoffs. De quoi se faire piquer la place par son bras-droit aux mollets de feu ? Russell n’apprécie pas notre classement, mais c’est comme ça. Un seul représentant par franchise, à lui de faire péter la baraque à Chicago.   
Statistiques : 26,8 points, 7,7 rebonds, 4,3 passes et 1 interception à 52% au tir et 43% de loin.

5
(-)

Paul George
Petit coup de mou qui aurait même pu le faire chuter d’un spot, mais Paulo a simplement été victime d’un vilain virus et d’une baisse de régime totalement compréhensible après son énorme mois de novembre. Battu à Memphis puis étranglé à San Antonio, l’ailier des Pacers a surtout perdu un wagon de ballons (7 de moyenne sur les trois derniers matchs), ce qui peut vite poser un problème quand vos passes sont censées installer les Miles et Stuckey dans des divans. On va filer la dernière semaine de l’année à Georgette en lui demandant de se reposer à fond, car tout l’Indiana aura besoin de lui afin de rester dans le Top 8 de l’Est. Une dinde, un suppo et au lit. 
Statistiques : 25,5 points, 7,8 rebonds, 4 passes et 1,6 interception à 42% dont 41% de loin.

6
(+1)

Dwyane Wade

Oui oui, nous sommes bien en 2015, bientôt en 2016, et D-Wade est dans le Top 6 du classement MVP en NBA. Une phrase de type Kamoulox qu’on n’aurait jamais envisagée il y a trois mois, lorsque les clés du camtar semblaient revenir à Bosh et Dragic. Seul problème, Wade a retrouvé ses jambes d’antan et souhaite ponctuer son année contractuelle avec une ligne référence. Tout va bien jusqu’ici, puisque le Heat est sur le podium de l’Est sans forcer, l’effectif défend à merveille et Dwyane est généralement le premier à donner le ton en attaque. Remarquable redressement physique, sublime confiance dans son jeu, on veut un feu d’artifice face aux Pelicans ce vendredi !
Statistiques : 18,5 points, 3,8 rebonds, 4,5 passes et 1 interception à 46% au tir dont 27% de loin.

7
(+2)

James Harden Profitant davantage des galères rencontrées par ses copains du dessous plutôt que de nous émerveiller avec des performances exceptionnelles, La Barbe a enfin trouvé son rythme de croisière et les Rockets commencent à enchaîner les résultats à-peu-près normaux. C’est tout de suite plus sympa quand Dwight joue à fond et que tout le monde est plus ou moins en forme, surtout lorsque Ty Lawson est renvoyé dans les 22 avec une teille de Grants. Le vrai test pour James ? C’est bien le 25, face à un Kawhi Leonard qui a renvoyé un paquet de scoreurs téter leur mère en urgence. Autant vous dire que s’il parvient à se défaire des griffes du monstre et l’emporte, il y a aura un sacré bond à envisager dans le classement.
Statistiques : 28,8 points, 6,1 rebonds, 6,8 passes et 1,7 interception à 41% au tir dont 33% de loin.

8
(-2)

Blake Griffin

On avait prévenu, on avait prévenu, on avait prévenu. Forcément, une semaine plus tard, ça paye cash. Faire des grosses perfs face aux mollasses de la Conférence Est et du coup offrir des victoires aux Clippers, c’est sympa. Par contre, rencontrer l’élite de l’Ouest et ne pas réussir à prendre le dessus, surtout quand c’est Chris Paul qui prend les choses en main plutôt que l’intérieur, là on range les trompettes. Le weekend de Blake fût tout ce qu’il y avait de plus déprimant, non pas statistiquement mais dans la claque envoyée par les cadors de l’Ouest : Spurs, Rockets et Thunder, tous vainqueurs face à Griffin qui aurait pu taper du poing sur la table. Au lieu de ça, le garçon fera la vaisselle le 25, après avoir nettoyé les Lakers…
Statistiques : 23,6 points, 8,6 rebonds, 4,9 passes et 0,7 interception à 51% au tir dont 38% de loin.

9
(-1)

Jimmy Butler

Heureusement que le bilan des Bulls est là pour rattraper le merdier, ainsi que les statistiques individuelles du pitbull qui ne cesse de se donner au quotidien. On aime : sa détermination, son envie de bien faire, sa discipline défensive et sa cardio. On n’aime pas : certaines de ses gueulantes, son envie de tout régler par lui-même et un pourcentage à trois-points en chute libre. Si Jimmy voulait un contrat max chez les Bulls, c’était tout à fait compréhensible. Cependant, les vrais leaders trouvent toujours une solution quand ça sent l’implosion générale en plus du brûlé. On va donc se retourner gentiment vers Butler, et le regarder nous régler tout ça comme un grand. Vouloir mener une équipe, ça passe aussi par des bonnes déclarations, pas que pointer les autres du doigt. 
Statistiques : 21,5 points, 5 rebonds, 3,3 passes et 1,8 interception à 45% au tir dont 33% de loin.

10
(-)

Paul Millsap

Spot réservé pour la wild-card de folie hebdomadaire. On ne va pas vous présenter l’objet utilisé comme photo pour représenter l’intérieur des Hawks, Paul étant tout simplement le métronome de sa franchise sur ce début de saison. La question paraît stupide pour certains, mais on va la poser quand même : y a-t-il un meilleur ailier-fort à l’Est cette saison ? Chris Bosh est asez irrégulier, Kevin Love non merci et derrière c’est le désert de Mojaves. Millsap, c’est l’assurance des deux côtés du terrain, surtout en attaque où Budenholzer a peut-être enfin trouvé son point d’encrage à l’intérieur. Un All-Star sans même y réfléchir, qui a maintenu les Hawks à la surface. 
Statistiques : 17,8 points, 9 rebonds, 3,4 passes et 1,8 interception à 48% au tir et 28% de loin.

Au revoir DeMar DeRozan, bonjour Paul Millsap qui vient au meilleur moment pour fêter Noël avec les grands, la course se resserre et on attendra avec impatience les performances à venir. Du client, du client, du client : on en retrouvera encore la semaine prochaine, dans le MVP Ranking neuvième édition !

Source image : montage TrashTalk – Bleacher Report


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top