MVP Rankings

MVP Rankings – Semaine 7 : Curry gère les guirlandes, LeBron veut poser ses boules le 25

MVP

On fait le point concernant les candidats à la course au titre de MVP, sachant que le scénario imaginé en début de saison est bien en train de se produire : Curry 1, LeBron 2, tout le monde aux abris le 25…

C’est le grand classement, celui qui crée tous les débats et provoque des guerres de plusieurs mois sur les réseaux sociaux. Les plus fat clients de la NBA se rassemblent dans le MVP Ranking, on décortique le tout pour la semaine à venir.

Scénario rêvé, imaginé puis annoncé en début de saison, le voici enfin réalisé sous nos yeux. Le 25 décembre pointe son blair dans nos calendriers, et comme par hasard on retrouve le meilleur joueur de chaque conférence sur les deux premières places. Accessoirement, on peut ajouter le fait qu’il s’agit des deux derniers finalistes, des deux équipes les plus probables lorsque juin 2016 ouvrira ses portes, et qu’on va avoir droit à un énorme duel en apéro la semaine prochaine. Qui tapera du poing sur la table ? Qui repartira le torse bombé ? La réponse dans quelques jours, le ventre plein de bouffe et les yeux pleins d’étoiles.

Place Joueur Commentaire

1
(-)

Stephen Curry Horrible, incroyable, inimaginable, un scandale. Stephen Curry a perdu un match de basket. On a donc hésité à le faire chuter de 25 places au classement, avant de revoir les statistiques du gamin ainsi que le bilan des Warriors après ce premier revers. Non seulement on peut s’attendre à retrouver un Steph bouillant dès cette semaine, afin de laver l’affront des siens le weekend dernier, mais en plus le garçon aura droit à sa revanche puisque les Bucks seront de passage par l’Oracle… Autant vous dire que la quarantaine est attendue, en parfait échauffement avant le duel tant attendu le jour de Noël. Il va pleuvoir à Oakland, désolé pour les fans de beau temps.
Statistiques : 32,3 points, 5,3 rebonds, 6 passes et 2,2 interceptions à 52% au tir dont 46% de loin.

2
(+1)

LeBron James Oh la bonne vague, la bonne vibe, la bonne claque. Reposé face au Heat il y a plus d’une semaine, LeBron a retrouvé les parquets pour taper sur les petits (coucou Orlando) et c’est donc en confiance que le numéro 23 aborde une semaine magnifique médiatiquement : Boston ce mardi puis OKC jeudi ? Bonsoir l’ambiance, sachant qu’en plus un certain Kyrie Irving pourrait le rejoindre ce weekend en balade amoureuse face aux Sixers. Il n’y a donc que du positif dans le camp LBJ, le plus important sera de l’emporter avant de se rendre chez les Warriors le 25 : Kevin Durant est prévenu.
Statistiques : 26,4 points, 7,7 rebonds, 6,4 passes et 1,4 interception à 50% au tir dont 28% de loin.

3
(-1)

Kawhi Leonard
Statistiquement, le garçon est toujours aussi discret puisque sur le mois de décembre il n’a dépassé qu’une seule fois la barre des 25 points, mais quand on voit la domination de son équipe et la petite gastro vécue cette semaine… Moment parfait pour recharger les piles et tout déverser ce vendredi, lorsque les Spurs accueilleront des Clippers contre lesquels Kawhi a quelques comptes à rendre. On se souvient tous de ce fameux Game 7 durant lequel Leonard était attendu en mode Finales NBA, on se souvient également de son caca nerveux imposant aux Spurs de devoir rentrer chez eux. Autant vous dire qu’il s’en souvient aussi, Doc Rivers est prévenu.
Statistiques : 20,8 points, 7,6 rebonds, 2,6 passes et 2 interceptions à 51% au tir dont 49% de loin.

4
(+1)

Kevin Durant Quelques chiffres et une devinette : 54, 79, 57, 47 et 59, de quoi s’agit-il ? Non, nous ne vous parlons pas des points encaissés par les Pelicans à la mi-temps cette semaine, mais bien des pourcentages au tir de KD sur ses 5 dernières rencontres, l’animal étant tout simplement en feu au scoring et à un timing succulent. Le Thunder veut rejoindre les Spurs et Golden State en haut de l’Ouest, rien ne vaut un KD en mode lance-flammes pour ce faire. Surtout ? Surtout quand vous vous rendez chez LeBron ce jeudi, un client défensif qui devra tenter de mettre un coup d’extincteur sur le pyromane le plus chaud de la NBA actuellement. Sorry Steph.  
Statistiques : 27,5 points, 7,9 rebonds, 4,2 passes et 1,1 interception à 53% au tir et 44% de loin.

5
(-1)

Paul George
Et beh, qu’est-ce qui se passe mon grand ? Trop fatigué avant Noël ? Il est vrai que le garçon a été d’une violence assez folle sur le mois de novembre des Pacers, plantant des quarantaines à la demande et contribuant dans tous les autres compartiments du jeu. Attention cependant, l’Est cherche à définir son peloton de tête et l’armée de PG doit tout de suite montrer sa face dans les solides prétendants. Le meilleur moyen de faire du bruit ? Enchaîner Memphis avec San Antonio, sans y laisser une dent ou un bras. Les jambes, on a déjà donné, donc on priera pour que le reste tienne jusqu’à la fin du mois : petit coup de barre pour le garçon, mais qui sera effacé dans un laps de temps très court. 
Statistiques : 26,5 points, 7,8 rebonds, 4,1 passes et 1,6 interception à 44% dont 43% de loin.

6
(+1)

Blake Griffin

Rien de mieux que rencontrer des équipes de bas de tableau pour se refaire une santé, comme Blake a pu le remarquer cette semaine. Gérer les Nets, Wolves et Magic c’était bien, entarter Gibson même involontairement un peu moins. Le gentil bulldozer sera donc très attendu cette semaine puisqu’il aura de sacrés clients à devoir gérer en déplacement, nommés Spurs et Rockets. Une fois ces deux équipes gérées, pas de repos puisque tu rentres au bercail histoire d’affronter… le Thunder. Un vrai gros test pour Griffin, dont on attend beaucoup cette saison et qui n’a plus l’excuse d’avoir une équipe à moitié complète : tout le monde est là, à toi de donner le ton.
Statistiques : 24,3 points, 8,8 rebonds, 4,8 passes et 0,7 interception à 52% au tir dont 31% de loin.

7
(-1)

Dwyane Wade C’est plutôt Chris Bosh qui a régalé lors des deux dernières victoires du Heat, mais comme Memphis a pu le remarquer dimanche, on garde la balle dans les mains de l’ancien quand ça commence à transpirer dans le dernier quart. Un statut de finisher qui permet à Wade de garder sa place dans le Top 10, mais attention à ne pas freiner au niveau des performances car Miami a besoin d’un Dwyane au top, surtout face aux Raptors et Blazers qui visiteront la Floride cette semaine. McCollum et DeRozan, deux clients qui veulent se faire un nom au poste d’arrière et qui devront recevoir la bénédiction du numéro 3.
Statistiques : 18 points, 3,8 rebonds, 4,5 passes et 1 interception à 44% au tir dont 26% de loin.

8
(-)

Jimmy Butler

On ne sait pas ce qu’il y a de plus choquant : le fait que les Bulls sont deuxièmes de l’Est avec des performances aussi aléatoires, ou bien les pourcentages en chute-libre du pitbull au numéro 21 ? Deux rencontres à moins de 30% au tir, deux trois-points rentrés sur ses 5 derniers matchs, on a un petit coup de down chez Jimmy et c’est son équipe qui le ressent. Heureusement que le garçon est d’une régularité exemplaire en déplacement, lui qui enchaîne les grosses performances et devra justement maintenir son rythme en allant rendre visite au Madison Square Garden ce weekend : Spike, accroche-toi.
Statistiques : 20,7 points, 5,1 rebonds, 3,2 passes et 1,9 interception à 44% au tir dont 34% de loin.

9
(-)

James Harden

Certainement pas ici qu’on va glorifier la barbe la plus smooth de la Ligue, surtout concernant son jeu cette saison. Un soir atroce puis le lendemain exceptionnel, un match de rêve avant de retomber dans ses tentations fainéantes, Harden est assez frustrant sur ces deux premiers mois de compétition et le bilan des Rockets est le premier à en subir les conséquences. Ok, on lui donne trop de temps de jeu et de responsabilités, mais ce n’est pas une raison pour choisir ses soirées et attendre les Playoffs : si James a déjà les yeux sur son premier tour, il faudra avoir l’avantage du terrain, ce qui est loin d’être acquis. On rente une dernière demande, encore et encore, concernant la semaine parfaite. C’est trop demandé, ou comment ça se passe ?
Statistiques : 28,9 points, 6,2 rebonds, 6,7 passes et 1,9 interception à 41% au tir dont 33% de loin.

10
(-)

DeMar DeRozan

Spot réservé pour la wild-card de folie hebdomadaire. La définition parfaite du wild plutôt que de la card, DeRozan ayant séduit la planète basket grâce à ses performances toujours aussi aléatoires. Capable de dérouler face aux Spurs comme de se faire dessus l’avant-veille, le garçon est en ce moment chaud bouillant car DeMarre Carroll a laissé ses tickets de tirs sur la fenêtre, ce qu’il ne faut jamais offrir à DMDR. On vient donc féliciter ses belles perfs récentes, comme la NBA qui l’a nommé Joueur de la semaine, et on demande de redescendre sur Terre car cela fait trop longtemps qu’on n’a pas eu un bon vieux 4/16 au tir. 
Statistiques : 21,7 points, 4,3 rebonds, 4 passes et 1 interception à 43% au tir et 24% de loin.

Au revoir John Wall, bonjour DeMar DeRozan qui vient au meilleur moment pour déguster la dinde, la course se resserre et on attendra avec impatience les performances à venir. Du client, du client, du client : on en retrouvera encore la semaine prochaine, dans le MVP Ranking huitième édition !

Source image : hereandnow.wbur.org


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top