Les Français

Aux Armes Citoyens : Nicolas Batum pense à Toronto, Rudy se repose… et on a croisé Joffrey !

Français de NBA

All-Star Game, blessure, retour, galères… On balaie tout ce qu’il faut savoir sur les Français de NBA !

C’est le rendez-vous immanquable que vous retrouverez ici deux fois par mois. Un espace 100% bleu-blanc-rouge, peut-être parfumé de temps à autre d’une douce odeur de chauvinisme mais également sans langue de bois quand l’un de nos concitoyens chiera dans la colle. Une rubrique où vous retrouverez tout ce qui est à savoir sur les frenchies de NBA, entre les stats de Rudy Gobert, les selfies de Kevin Seraphin ou les menus minceurs de Boris Diaw. C’est parti pour la troisième édition de la saison, avec cette fois-ci , entre autres, des rêves d’étoiles pour Nico, de genoux pour Rudy et de minutes pour Damien. Sortez vos bérets, vos baguettes et votre Tour Eiffel en plastoc, vous êtes ici chez vous.

La chanson qu’il fallait apprendre par cœur : Un peu plus près des étoiles

Car les étoiles, Nicolas Batum pourrait bien s’en approcher en février prochain… On parle bien entendu ici du All-Star Game 2016 de Toronto, dans lequel le Frenchie pourrait peut-être s’inviter, s’il continue néanmoins à envoyer des perfs solides, voire plus solides encore. 17,2 points, 6,6 rebonds, 4,5 passes et 1,2 interception par match, quelques saillies notables et surtout un statut de leader de cette jeune équipe des Hornets, autant de critères que pourraient prendre en compte les coachs au moment de sélectionner les remplaçants pour le match des Étoiles. Et en imaginant que LeBron James, Dwyane Wade, Jimmy Butler, Paul George, Andre Drummond, Carmelo Anthony et Kyle Lowry seront de la partie, les cinq derniers spots se joueraient donc entre Kevin Love, John Wall, DeMar DeRozan, Reggie Jackson, Paul Millsap, Derrick Rose, Pau Gasol, Chris Bosh, Bradley Beal, Isaiah Thomas, Giannis Antetokounmpo, Hassan Whiteside et donc Nicolas Batum. Pfiou…

Malgré tout, si quatre ou cinq noms sortent du lot parmi cette dernière liste (Millsap, Wall, Jackson, Bosh…) en terme de hype et de performances, deux gros mois de Nico pourraient faire pencher la balance en sa faveur. L’absence d’Al Jefferson continue de lui laisser la place pour s’exprimer davantage offensivement et Miami, Boston (2 fois), Toronto (2 fois), Washington, Atlanta et Milwaukee ont rendez-vous avec le Français durant les cinquante prochains jours, de quoi donner de bons arguments aux votants si Batman envoie le pâté. On y croit ? Il FAUT y croire.

La Marque de la semaine : Arnigel

Rudy Gobert

Matin, midi et soir pendant trois semaines
Source : pharma-medicaments.com

Le pauvre Rudy va devoir faire ami-ami avec le tube de pommade. Fini le temps des powsters dans les Tops 10, place au repos et aux études. Car si ce fameux repos est évidemment obligatoire pour reposer son genou twisté, on compte sur la “Tour Eiffel” pour utiliser son temps libre pour continuer à apprendre et devenir définitivement ce mec capable de comprendre qu’on ne poste pas Dirk Nowitzki comme on poste Hassan Whiteside. On ne reverra sans doute pas le pivot du Jazz avant Noël alors on compte vraiment sur lui pour se refaire une bonne santé afin de pouvoir nous offrir un un début d’année civile aussi fat que l’an passé, époque où l’Amérique toute entière l’avait vraiment découvert. Allez Rudy, la patience est mère de sûreté va…

La région à visiter : Rhône-Alpes LAUVERGNE

Joffrey Lauvergne

Il est là notre trappeur mulhousien !
Source : Benoit Carlier pour TrashTalk

Absent durant treize longues rencontres, Joffrey Lauvergne est enfin de retour et l’a déjà bien fait savoir dans les chaumières du Colorado. Tout d’abord en envoyant son premier double-double en carrière face aux Raptors, mais également en répondant aux questions de Trashtalk en direct from ze vestiaire of ze Air Canada Centre . Dans un roster toujours aussi WTF et illisible où Will Barton, Darrell Arthur et même Mahmud Abdul-Rauf peuvent tour à tour être top-scoreur, JoLo voit les portes du saloon s’ouvrir et il a les moyens de placer l’Auvergne sur la carte NBA dès cette saison, même si notre Jojo national s’en fout en fait pas mal. Capable d’imposer son corps de bûcheron mulhousien mais aussi d’artiller de loin, l’ancien chalonnais a en tout cas montré pour l’instant qu’il était capable de dominer. Enfin à 100%, il est désormais focus sur son objectif de mettre les States à genoux… Starter ? Largement dans ses cordes. Mais nous on en veut plus Joffrey. ON EN VEUT PLUS !

Le coin à éviter : le Forez

Éternel recommencement pour Alexis Ajinca. “Trop fort” pour l’Europe, trop juste pour la NBA. Et on ne parle pas ici que de son niveau car le Stéphanois a montré à plusieurs reprises qu’il était capable d’être plus que le porteur d’eau de Marge et Omer Asik. Sauf que malheureusement, Alvin Gentry poursuit cette année le travail de démolition psychologique entamé ces dernières saisons par ses anciens coachs en ne faisant pas confiance au géant français. Ses entrées en jeu ne sont pourtant pas catastrophiques mais elles ne sont pas transcendantes non plus. Et c’est peut-être bien ça le problème, car les benchers devant souvent enchainer les grosses perfs pour gagner ou regagner un peu de crédit auprès de leurs coachs. Et ce n’est pas gagné pour Alexis car s’il est parfois efficace, le tout manque quand même de constance. Avec 5,6 points et 3,9 rebonds par match, le déclic n’a toujours pas eu lieu et le temps commence mine de rien à passer pour l’international français qui doit trouver des réponses rapidement pour avancer. Mais à quelles questions d’ailleurs ?…

On finit par un petit tour au garage

Puisqu’on est quand même là pour ça, on termine par un point rapide sur la situation de nos autres ressortissants, à base de jantes Momo en “17” et de pots d’échappements Ninja double sortie.

On commence avec la vieille R5 de Damien Inglis qui galère encore et toujours avec son starter des campagnes. Parait-il que ces caisses sont incassables, encore faudrait-il arriver à démarrer. On poursuit avec la 205 de Kevin Seraphin, GTI bien sûr because so swag comme Kevinou. Beaucoup de bichonnage quotidien mais quand même bien souvent au garage la Titine. On enchaine ensuite en passant la troisième avec la Citroën Picasso de Joakim Noah, rentré dans le rang tout comme le modèle familial de la marque aux chevrons. Un peu trop pépouze et cosy le Jooks et puis de toute façon, le style du gars ne va pas du tout avec cette bagnole… Un autre qui se la coule douce depuis quinze jours ? Evan Fournier, qui a troqué sa voiture de course contre une 407 de daron, privilégiant d’ailleurs aujourd’hui le cognac au champagne qui lui allait pourtant si bien. Les virées folles ont laissé place à l’utilisation abusive du limitateur de vitesse et Vavanne nous parait avoir les fesses un peu trop enfoncées dans le cuir épais de la berline de chez Peugeot. Quelqu’un peut lui redonner son casque de pilote please ?

On arrive désormais vers le haut du panier et on passe du coup un gros big up çà notre Ianou Mahinmi national, confortablement installé dans sa DS3 victorieuse. Une place de starter dans l’une des meilleures équipes de la ligue fait ainsi de lui la belle surprise française de la saison alors on s’incline et on félicite. Et à tout seigneurs tout honneur, on termine avec la doublette des Spurs qu’on assimilera cette semaine à un car Philibert, tellement il est facile et confortable de voyager en leur compagnie. Plus de deux millions de kil’ au compteur mais toujours nickel, on sait quoiqu’il arrive qu’il nous mènera à bon port, et cela notamment grâce à ses deux chauffeurs français…

Les stats des Français cette saison

Tony Parker :

  • les dix derniers matchs (9 victoires) : 13,6 points à 59,2% au tir, 2,9 rebonds et 5,6 passes en 27,8 minutes
  • sur la saison : 13,2 points à 56,9% au tir, 2,2 rebonds et 5 passes en 27,4 minutes

Nicolas Batum :

  • les dix derniers matchs (7 victoires) : 18,2 points, 6,5 rebonds, 5,3 passes et 1,1 interception en 36,2 minutes
  • sur la saison : 17,2 points, 6,6 rebonds, 4,5 passes et 1,2 interception en 35 minutes

Evan Fournier :

  • les dix derniers matchs (6 victoires) : 13,6 points à 43,6% au tir, 3,2 rebonds, 2,1 passes et 1,3 interception en 28,2 minutes
  • sur la saison : 16,3 points à 45,2% au tir, 3,7 rebonds, 2,4 passes et 1,3 interception en 33,2 minutes

Rudy Gobert :

  • les dix derniers matchs (5 victoires, blessé depuis 2 matchs) : 9,7 points à 65,7% au tir, 9,9 rebonds, 1,9 contres et 1,3 interception en 35 minutes
  • sur la saison : 9,2 points à 56% au tir, 10,9 rebonds, 2,6 contres et 0,9 interception en 34,2 minutes

Joakim Noah :

  • les dix derniers matchs (6 victoires) : 4 points à 39% au tir, 9,4 rebonds, 3,3 passes et 1,1 contre en 21,1 minutes
  • sur la saison : 3,4 points à 36,5% au tir, 8,5 rebonds, 3,5 passes et 0,9 contre en 21,5 minutes

Boris Diaw :

  • les dix derniers matchs (9 victoires) : 5,8 points à 50% au tir, 3,6 rebonds et 2,2 passes en 17,3 minutes
  • sur la saison : 5,8 points à 50% au tir, 3,3 rebonds et 2,8 passes en 18,5 minutes

Ian Mahinmi :

  • les dix derniers matchs (7 victoires) : 8,2 points à 52,5% au tir, 8,6 rebonds, 1,9 passe, 1,2 contre et 1,2 interception en 26,2 minutes
  • sur la saison : 7,8 points à 54,6% au tir, 7,1 rebonds, 1,4 passe, 1,4 contre et 1 interception en 24,6 minutes

Kevin Seraphin :

  • les dix derniers matchs (4 victoires) : 5 points à 36,4% au tir et 3,2 rebonds en 15,1 minutes
  • sur la saison : 4,6 points à 41,4% au tir et 2,6 rebonds en 12,3 minutes

Joffrey Lauvergne :

  • les dix derniers matchs (2 victoires, de retour de blessure depuis 5 matchs) : 6,8 points à 36,1% au tir et 5,4 rebonds en 16,4 minutes
  • sur la saison : 8,3 points à 46,3% au tir et 5,8 rebonds en 17,4 minutes

Alexis Ajinca :

  • les dix derniers matchs (4 victoires) : 8,3 points à 65,7% au tir et 4,7 rebonds en 13,3 minutes
  • sur la saison : 5,6 points à 55,7% au tir et 3,9 rebonds en 12,1 minutes

Damien Inglis :

  • les 10 derniers matchs (4 victoires, D-League et/ou DNP) :
  • sur la saison : 1,6 point à 25% au tir et 1,6 rebond en 7 minutes

Allez, c’est tout pour cette quinzaine hivernale, on se retrouve deux jours avant Noël pour la liste de cadeaux de nos Frenchies, en espérant que Santa ne sois pas trop branché cain-ri et pense un peu à notre beau pays. A toute !

Source image de couverture : Artkor7


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top