Team Rankings

Power Rankings version TrashTalk : premier classement de la saison, le Top 30 local du mois !

Power Rankings

Les Power Rankings font leur grand retour sur TrashTalk, avec un Top 30 qui devrait envoyer du pâté et assurer à quelques équipes un vrai beau mois de novembre.

C’est le grand retour des Power Rankings sur TrashTalk ! Une version revue au sein de l’équipe pour proposer un nouveau format plus original et complet, celui-ci étant mensuel : chaque 1er jour du mois, vous retrouverez un classement complet et qui montrera clairement les fluctuations au niveau de la hiérarchie.

On pourrait faire ce classement de façon hebdomadaire, mais à quoi bon, si c’est uniquement pour dire que les Warriors sont injouables ? La bande à Curry démarre cette saison à la même place que la fin de dernière, c’est-à-dire au sommet de la NBA, mais nombreuses seront les équipes qui voudront tester l’ogre avant le début des Playoffs. Pour ce faire, il y aura 5 tentatives disponibles, 5 éditions du Power Rankings, qui permettront de mieux savoir quelle équipe aura chuté ou grimpé au classement. On se fait donc le check-up complet, histoire d’aborder le mois de novembre avec le plus d’informations possible !

Place Franchise Commentaire

1
(-)

Grizzlies
(3-0)
Avec un Curry tout simplement injouable actuellement et un système dont personne ne semble avoir trouvé le tendon d’Achille, l’armée californienne fonce tout droit et ce n’est même pas l’absence de Steve Kerr qui semble les gêner en ce début de saison. Un véritable rouleau compresseur, qui aura le bonheur de jouer 2 fois les Clippers et les Grizzlies ce mois-ci : bonheur et coquards assurés. Quelqu’un a remarqué l’absence de Bogut ?
Matchs du mois  : Clippers, Grizzlies et Bulls.
Nombre de rencontres à l’extérieur : 7
Nombre de rencontres à domicile : 9

2
()

Bulls
(2-0)
Même en attaquant moyennement, ils parviennent à battre des Spurs remontés à bloc. Même avec 18 points de retard dans le dernier quart, ils arrivent à arracher la victoire. Ce Thunder n’est pas révolutionnaire avec Billy Donovan, mais il est suffisamment complet et expérimenté pour s’en sortir dans toute situation : un monstre à deux têtes certes, mais dont les autres membres sont très puissants. Dédicace à Kevin, qui aura pas mal de caméras chez lui le 10.
Matchs du mois  : Wizards, Rockets et Grizzlies.
Nombre de rencontres à l’extérieur : 6
Nombre de rencontres à domicile : 10

3
(-)

Warriors
(3-0)
Blake est remonté comme une horloge, Lance semble doucement s’intégrer au cinq majeur et tout le monde fait sa part du boulot. C’est bien… pour le moment. Le mois à venir sera déterminant car les Clippers peuvent clairement prendre le trône de la Conférence Ouest grâce à leur calendrier, mais il faudra passer sur le corps des Warriors pour cela. Deux rencontres immanquables, en plus du déplacement de DeAndre à Dallas.
Matchs du mois  : Warriors, Mavs et Rockets.
Nombre de rencontres à l’extérieur : 5
Nombre de rencontres à domicile : 10

4
()

Rockets
(2-1)
Un calendrier bien léger pour ces Bulls, qui n’auront que 12 rencontres en 30 jours dont un énorme total de zéro back-to-back. Parfait pour permettre à certains de se mettre dans le rythme, dangereux pour ceux qui n’en profiteraient pas histoire de prendre la tête de l’Est : on veut un bilan quasi-parfait, ce qui est à leur portée sachant que seuls 3 adversaires du mois ont fait les PO l’an dernier.
Matchs du mois  : Warriors, Thunder et Spurs.
Nombre de rencontres à l’extérieur : 6
Nombre de rencontres à domicile : 6

5
(-)

Raptors
(2-1)
Comme pour leurs voisins du dessus dont on a souligné le calendrier, la légèreté de celui des Cavs est remarquable par la faiblesse des opposants : 3 adversaires en PO l’an dernier, deux fois les Sixers, deux fois les Knicks et les Bucks, ça va ça va… C’est bueno pour LeBron qui va pouvoir se régaler sans trop forcer, comme Kyrie qui devrait faire son retour dans le mois. Clap clap concernant l’intégration de Love, c’est beau sur ce début de saison.
Matchs du mois  : Hawks, Jazz et Pistons.
Nombre de rencontres à l’extérieur : 6
Nombre de rencontres à domicile : 8

6
()

Mavericks
(2-1)
C’est bon, j’ai pas mis trop de parfum ? Au niveau des décorations, c’est propre ? Voilà ce qu’on peut déjà entendre, à une dizaine de jours de l’arrivée de KD à Washington pour le seul match du Thunder dans DC. On aime les débuts de Beal et son culot, on aime moins le calendrier fantomatique qui va leur donner de grands jours de repos avant de les crever dans quelques semaines. Merci la NBA, tout ceci me semble très logique.
Matchs du mois  : Thunder, Thunder et Thunder.
Nombre de rencontres à l’extérieur : 5
Nombre de rencontres à domicile : 6

7
()

Wizards
(1-1)
Un mois long et fatigant pour ces Spurs, qui vont devoir carburer assez rapidement avec LaMarcus s’ils ne souhaitent pas se retrouver dans un sale siège rapidement. L’attaque semble se mettre en place, un peu de défense serait la bienvenue même si on compte toujours autant sur Kawhi pour sauver le monde. Car il en est capable, le bougre.
Matchs du mois  : Pelicans, Grizzlies et Bulls.
Nombre de rencontres à l’extérieur : 8
Nombre de rencontres à domicile : 8

8
(-)

Blazers
(2-0)
On est habitués aux grands débuts de saisons des Raptors, avec la vague à domicile et tout le monde qui se demande plus ou moins si DeRozan est un All-Star. Changement de programme cette année puisque la bande à Casey aura droit à un paquet de voyages sur novembre, ce qui servira de vrai thermomètre concernant leur vrai potentiel : candidat au craquage, à eux de nous séduire.
Matchs du mois  : Thunder, Heat et Cavs.
Nombre de rencontres à l’extérieur : 11
Nombre de rencontres à domicile : 5

9
()

Heat
(3-0)
Et le leader de la Conférence Est est…? Ding dong, un paquet d’années qu’on n’avait pas vu les Pistons en tête, ce n’est certes que la première semaine de compétition mais SVG a déjà les Hawks et les Bulls sur son tableau de chasse : un bilan à confirmer on the road puisque Dédé Drummond et ses potes auront deux-tiers de leurs rencontres en déplacement. S’il veut être All-Star, c’est maintenant qu’il faut s’imposer.
Matchs du mois  : Cavs, Wizards et Heat.
Nombre de rencontres à l’extérieur : 10
Nombre de rencontres à domicile : 5

10
()

Suns
(2-1)
Un gros prout au démarrage à la maison avant de se reprendre au MSG, voilà à quoi a ressemblé ce début de saison côté Hawks, un peu comme l’an passé si certains se souviennent du buzzer de Lance Stephenson : Atlanta était à 7-7 à ce moment-là. On ne parie pas 60 victoires et un mois de janvier perfect, mais si celui de novembre peut être géré sans blessure et avec de grosses victoires en déplacement, ça se prend. Note : 5 back-to-back en 30 jours…!
Matchs du mois  : Cavs, Wizards et Heat.
Nombre de rencontres à l’extérieur : 9
Nombre de rencontres à domicile : 8

11
(-)

Spurs
(2-1)
Comme leurs voisins du dessus, les copines de Jeff Green ont commencé la rentré la tête dans le rectum et le calendrier a bien aidé le reste en leur filant Indiana puis Brooklyn en apéro. L’attaque semble fluide, cependant il faudra défendre comme jamais sur ce mois de novembre car les clients sont assez violents : 2 fois Rockets, 2 fois Warriors, du Spurs, du Thunder et même un peu de Clippers. Probablement le menu le plus dur de l’Ouest sur les 30 prochains jours.
Matchs du mois  : Warriors, Rockets et Spurs.
Nombre de rencontres à l’extérieur : 8
Nombre de rencontres à domicile : 7

12
(-)

Pelicans
(2-1)
Le message est bien passé pour Rudy, qui a tout de suite tenu à montrer que sa défense serait intraitable jusqu’en mai. Le frenchie est un peu partout, ses copains font bien tourner le ballon et surtout leur capacité à jouer sérieusement pendant 48 minutes semble s’améliorer. Cela tombe bien, il y aura de nombreuses rencontres à l’extérieur mais un trio hardcore à la maison : le genre de rencontre qui décide une qualification en Playoffs. Pari bonus : 3 équipes mettront moins de 75 points sur eux ce mois-ci, deal ?
Matchs du mois  : Warriors, Thunder et Grizzlies.
Nombre de rencontres à l’extérieur : 7
Nombre de rencontres à domicile : 6

13
()

Clippers
(2-1)
On aime bien faire ce PR en duo, donc on va associer l’armée du désert avec celle de Salt Lake City en rappelant leur objectif de la saison : rentrer dans le Top 8. Côté Suns, si la défense ne pourra pas être aussi bonne que celle du Jazz, son attaque pourrait faire des étincelles, notamment à domicile où du petit monde viendra ce mois-ci. On peut laisser le bilan en déplacement de côté, il faut 80% de victoires à la casa afin de rester droit dans ses bottes. Coucou les Clippers, à deux reprises.
Matchs du mois  : Warriors, Rockets et Clippers.
Nombre de rencontres à l’extérieur : 6
Nombre de rencontres à domicile : 8

14
()

Kings
(1-1)
Le calendrier le plus facile de toute la NBA ? Possible, quand on voit le nombre de déplacements et surtout la gueule des opposants : 4 équipes ayant fait les Playoffs, le reste c’est de la bonne daube de l’an passé. On respecte, on respecte, mais aller en Floride sera un petit supplice quand on voit comment le banc peut prendre feu d’un seul coup. Par contre, grosse gueulante pour le match face aux Cavs, c’est insupportable de voir autant de potentiel traîner des pattes.
Matchs du mois  : Rockets, Hawks et Raptors.
Nombre de rencontres à l’extérieur : 4
Nombre de rencontres à domicile : 10

15
()

Hawks
(0-2)
Oui, la venue d’OKC dans le Texas sera un petit événement qu’on suivra sans aucun doute et avec du popcorn dans la main, mais on va quand même encercler la fin du mois car les deux rencontres face à Memphis pourraient être déterminantes dans le classement de la division la plus hardcore de la Ligue. Aucune importance dans la course aux Playoffs, mais c’est tellement tendu avec San Antonio dans le coin qu’il faut tout de suite prendre de l’avance.
Matchs du mois  : Thunder, Grizzlies et Clippers.
Nombre de rencontres à l’extérieur : 7
Nombre de rencontres à domicile : 9

16
()

Cavaliers
(1-1)
Bien dormir sur ce mois de novembre, car avec 4 back-to-back nos amis du Massachusetts pourraient vite se retrouver sur les rotules. On ne va certainement pas reparler de leur division dégueulasse avec notamment Brooklyn deux fois dans le coin, par contre on suivra volontiers la mission du siècle en allant à OKC… puis Houston… en 24 heures. Parfait pour la taille de la brouette d’Isaiah Thomas, mention bravo pour Sullinger qui a l’air motivé.
Matchs du mois  : Hawks, Wizards et Heat.
Nombre de rencontres à l’extérieur : 8
Nombre de rencontres à domicile : 8

17
()

Nets
(2-1)
Bien ce petit début de saison, avec de la balle qui bouge et une défense solidaire. On aime, on valide et on en redemande, en attendant un Aaron Afflalo à 100% pour se donner une vraie idée sur ces Knicks 2015-16. Calendrier équilibré avec de la viande (Heat), des légumes (Charlotte) et du fromage (San Antonio), mais une stat qui fait mal : 15 matchs, 9 contre des équipes des derniers Playoffs, 11 si on compte le Heat. Un vrai test pour Melo and co.
Matchs du mois  : Cavs, Heat et Rockets.
Nombre de rencontres à l’extérieur : 7
Nombre de rencontres à domicile : 8

18
()

Bucks
(2-0)
On va éviter d’en faire une montagne sur des Loups qui ont tapé les Lakers et les Nuggets pour commencer leur saison, mais ça va tout de suite mieux quand Ricky Rubio joue comme Chris Paul et que KAT se prend pour Anthony Davis. Le duo sera très attendu sur ce mois émouvant, rendre hommage à Saunders avec de belles victoires à domicile, face au Heat, Warriors ou Grizzlies par exemple. Difficile d’y croire, mais on veut que ça se fasse.
Matchs du mois  : Warriors, Clippers et Heat.
Nombre de rencontres à l’extérieur : 7
Nombre de rencontres à domicile : 8

19
(-)

Thunder
(0-2)
La bonne nouvelle, c’est que Giannis a tout de suite annoncé qu’il allait devenir All-Star cette saison, donc ça, c’est fait. La mauvaise, c’est que les Bucks ont l’étiquette Playoffs collée sur le front, donc tout le monde veut leur peau. Deux petites défaites pour commencer, rien d’alarmant mais le programme sera chargé en déplacement, notamment contre deux copains de la division et qui possèdent un autre phénomène à l’aile. Non, pas Marcus Morris. Oui, Paul George et LeBron.
Matchs du mois  : Toronto, Washington et Cleveland.
Nombre de rencontres à l’extérieur : 9
Nombre de rencontres à domicile : 7

20
(-)

Celtics
(1-2)
La terre tremble déjà quand DMC s’énerve, alors quand il se blesse… On espère que ce n’est rien de grave pour la bête, car ses débuts étaient aussi abusés que prévus et surtout le mois à venir sera d’une violence rare pour la troupe à Rondo : 5 matchs de suite en déplacement, et avant ça un trio Rockets-Warriors-Spurs à la maison. Heureusement qu’il y a peu de back-to-back, sinon on aurait déjà préparé le dossier de George Karl pour Pole-Emploi.
Matchs du mois  : Warriors, Rockets et Spurs.
Nombre de rencontres à l’extérieur : 7
Nombre de rencontres à domicile : 9

21
(-)

Pacers
(0-2)
Tristes scénarios pour les copines d’Evan qui en ont pris plein la gueule sur leurs deux premières rencontres, deux défaites de justesse alors que la victoire leur tendait les bras : c’est ça d’être jeune, tu galères à conclure. Comme Fournier nous l’a dit par téléphone la semaine dernière, le calendrier est difficile au début mais s’allège par la suite. Allez, on sèche ses larmes et on apprécie la nouvelle attaque sous Skiles, celle que personne n’attendait vraiment et qu’il faudra confirmer.
Matchs du mois  : Raptors, Wizards et Bulls.
Nombre de rencontres à l’extérieur : 7
Nombre de rencontres à domicile : 8

22
(-)

Jazz
(1-1)
Bilan équilibré entre maison et ailleurs sur le mois à venir, mais de courtes nuits à prévoir (4 back-to-back) et un joli menu à préparer pour le retour de Ty Lawson dans les rocheuses le 13. Surtout, une pensée pour Mudiay qui va avoir droit à un baptême level hardcore sur sa première mensualité à la mène : CP3, Curry, Parker, Lillard et Westbrook. S’il termine le mois vivant et réussi à prendre une victoire ici ou là, ce sera déjà une grande victoire pour lui comme sa franchise.
Matchs du mois  : Rockets, Spurs et Suns.
Nombre de rencontres à l’extérieur : 8
Nombre de rencontres à domicile : 8

23
(-)

Magic
(1-1)
Rick Carlisle a été rempilé, Deron et Matthews se goinfrent sur le banc, Dirk se prend des tartes par DeAndre Jordan et tout le monde a déjà entouré le 11 novembre sur son agenda : il y aura du sang pour la venue des Clippers, c’est signé Zaza and co. Ce serait une vraie victoire pour Dallas de remporter ce match, car la suite sera moins fun avec notamment Thunder-Grizzlies-Spurs en déplacement et en 3 jours. De grandes barres de rires, de grandes barres de fer.
Matchs du mois  : Clippers, Clippers et Clippers.
Nombre de rencontres à l’extérieur : 9
Nombre de rencontres à domicile : 7

24
(-)

Hornets
(0-3)
Euh… Pas trop compris le début de saison, là, en fait. Une défense bordélique, Anthony Davis qui a l’air aussi motivé que Kobe et Alvin Gentry qui nous propose des rotations un peu freestyle : c’est quoi le projet en fait ? Parce que si c’est pour nous foirer l’état de grâce d’un joueur aussi talentueux qu’AD, on va vite devoir sortir le bazooka en coulisses. En plus joli calendrier avec 4 back-to-back et du beau monde de l’Ouest (9 matchs 14). On vous donne un mois, pas plus.
Matchs du mois  : Suns, Thunder et Spurs.
Nombre de rencontres à l’extérieur : 8
Nombre de rencontres à domicile : 6

25
(-)

Timberwolves
(1-2)
L’explosion de McCollum était sympathique, mais on a surtout vu que Lillard allait commencer comme annoncé dans la distribution plutôt que le mode Hercules. Il faudra cependant que le meneur sorte sa plus belle brouette le 11 novembre, car LaMarcus sera en ville et les fans seront certainement là pour le remercier : rien du tout, tu plantes 40 minimum et tu célèbres sur le maillot noir des Spurs. Un peu comme pour Dallas, match émotionnel et derrière… dur.
Matchs du mois  : Hornets, Clippers et Spurs.
Nombre de rencontres à l’extérieur : 9
Nombre de rencontres à domicile : 6

26
()

Pistons
(0-2)
Ah bah tiens, on parlait de retour émotionnel juste au-dessus, c’est Nico qui va pouvoir verser une larme en jouant son ancienne franchise ce mois-ci. Ce qui serait surtout chouette, c’est que lui et ses potes se bougent car le calendrier est aisé et les proies nombreuses : Wolves, Knicks, Blazers, Sixers, Nets,… pas de quoi en chier une armoire. On attend mieux de leur défense, surtout leur défense. Et à domicile !
Matchs du mois  : Bulls, Hawks et Wizards.
Nombre de rencontres à l’extérieur : 5
Nombre de rencontres à domicile : 10

27
()

Knicks
(0-3)
Grosse claque dès la reprise en perdant trois rencontres dont deux avec un score serré en toute fin de match : c’est ça aussi la vie sans David West et Roy Hibbert. Tu prends 315 points en 3 soirées et ta meilleure recrue tire à 29% : pas de quoi paniquer avec un programme assez léger en novembre, mais du bon gros changement à réaliser si cette équipe ne veut pas entendre George péter un plomb avec la nouvelle idée mise en place. Courir c’est bien, défendre c’est mieux.
Matchs du mois  : Heat, Cavs et Bulls.
Nombre de rencontres à l’extérieur : 7
Nombre de rencontres à domicile : 6

28
()

Lakers
(0-3)
On l’avait dit dès cet été, lorsque le calendrier était tombé : les débuts des Nets seront insupportables, car le programme le sera en premier. Tu commences par Spurs, Bulls et Grizzlies en entrée, bon appétit. T’enchaînes avec du gros déplacement et 4 back-to-back sur le mois de novembre, bon sommeil à tous. Au final, on va poser une question difficile mais qui peut se concevoir : les Nets seront-ils derrière les Sixers dans un mois ? Possible, possible.
Matchs du mois  : Hawks, Celtics et Cavs.
Nombre de rencontres à l’extérieur : 9
Nombre de rencontres à domicile : 5

29
()

Nuggets
(0-2)
Et non, les Sixers ne sont pas derniers de la NBA, pour la simple et bonne raison qu’ils n’ont pas encore pris 350 points sur 48 minutes, comme le 30ème du classement a pu le montrer ce weekend. Côté Philly, on leur donne uniquement ce mois de répit car le 1er décembre devrait leur offrir la dernière place rien que pour leurs déplacements en novembre… Spurs et Thunder en back-to-back, c’est combien d’écart au total ça, 90 points…?
Matchs du mois  : Cavs, Bulls et Heat.
Nombre de rencontres à l’extérieur : 10
Nombre de rencontres à domicile : 6

30
()

Sixers
(0-2)
On va commencer par le plus simple : 244 points encaissés en deux rencontres, face aux… Wolves et Kings ? Mais ça va donner quoi quand Stephen Curry va venir le 24 novembre ? On a même deux fois Lillard en une semaine et Russell qui commence déjà à remettre en cause le boulot de ses arrières. C’est du grand n’importe quoi, cela ne fait que commencer et l’effectif est pourtant au complet. Point positif cependant : Julius n’a peur de rien, on valide. Le reste ? No comment.
Matchs du mois  : Heat, Suns et Warriors.
Nombre de rencontres à l’extérieur : 8
Nombre de rencontres à domicile : 6

Rendez-vous dans un mois pour la prochaine édition des Power Rankings, avec un tout nouveau classement et des équipes qui auront baissées comme augmentées !

Source image : montage

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top