Summer League

Karl-Anthony Towns gère ses débuts en Summer League : patience, belles passes et puissance !

Il était attendu au taquet, dans son duel avec D’Angelo Russell. Le pivot des Wolves n’a pas craqué et a même carrément assuré, pour ses premiers pas chez les grands.

Pourtant, on avait connu mieux comme entame de match. Sans vouloir rentrer dans le détail nauséabond d’un fil de rencontre plutôt efficace en tant que somnifère, Towns démarrait avec pas mal de pression puisque le public était majoritairement décoré en jaune et violet, mais il avait surtout tous les yeux rivés sur lui dès la moindre action qui le concernait. Premier tir dévié, airball. Premières séquences défensives, fautes. Faute, faute, même Tarik Black lui monte sur la truffe et claque un petit dunk, mais Karl-Anthony n’est pas du genre à paniquer. Loin de là même. Puni par les arbitres, et en toute logique puisque ceux-ci doivent apprendre aux jeunes comment mieux utiliser leurs fautes sur ces quelques jours de compétition, le numéro 1 de la dernière Draft appuiera sur le bouton relaxation et passera en mode beast, comme on l’attendait.

Un petit tir extérieur qui rentre, une bonne rotation défensive, un move au poste efficace qui lui donne encore quelques points de plus et enlève une bonne partie de la pression, on peut enfin commencer le match. Comme par hasard, Minnesota prend l’avantage. Et c’est là que l’arsenal de la bête sera assez flippant, dans le sens où son jeu attirera directement deux à trois défenseurs, parfait pour lâcher des passes hallucinantes pour sa taille. C’est simple, à chaque doube-team le bonhomme arrive à trouver la patience et la solution, afin de trouver un copain démarqué. No look, une main, dans le trafic, Zach Lavine se régale des offrandes et assurera alors sa propre partie du show. Mais au final ? On retiendra surtout Towns qui a parfaitement géré la pression du premier match, offrant une ligne complète alors qu’il aurait pu sombrer dès la première mi-temps.

12 points, 3 rebonds, 4 passes et 1 contre, mais des sourires évidents du côté de Minnesota hier soir : on attend confirmation désormais.

Source image : Twitter


1 Comment

1 Comment

  1. aes

    11 juillet 2015 à 14 h 20 min at 14 h 20 min

    J’ai jamais aimé les timberwolves mais la je dois admettre que je trépigne d’impatience à l’idée de les voir jouer sur les prochaines années… Wiggins m’a déjà conquis, et en grand amateur de big men techniques rusés et altruistes, kat me met déjà l’eau à la bouche, on a une équipe potentiellement terrifiante à moyen-long terme … Deconne pas, Flip,t’es attendu au tournant !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top