Jazz

20 points, 17 rebonds et 3 contres pour le dernier match de Rudy Gobert à la maison : un vrai au-revoir !

Toujours aussi poli et bien élevé, Rudy Gobert a souhaité de bonnes vacances à ses fans en claquant un dernier match de mammouth à domicile : victoire des siens face à Dallas, 109 à 92 !

On était loin des matches ultra-serrés proposés dans d’autres franchises sur cette fin de saison, notamment parce que le Jazz et les Mavs étaient déjà rassurés sur leurs positions respectives dans le classement de la Conférence Ouest. D’un côté, Rick Carlisle qui avait joué la veille au Staples Center pour y écarter les Lakers et s’était habitué à sa place numéro 7. De l’autre, Quin Snyder et ses jeunes qui voulaient ponctuer leur très belle deuxième partie de saison sur une bonne note, avant de quitter leur public pour un été prometteur. Du coup, la rencontre n’a pas représenté la plus belle partition dans l’histoire de la balle orange, les joueurs ayant obtenu le plus de minutes n’étaient pas forcément les plus attendus, mais dans tout ce beau manège le grand Rudy a une nouvelle fois fait son boulot. Comme un grand, dominant, voyant que la raquette était libre car désertée par Tyson Chandler. Le pauvre combo envoyé par les Mavs, c’est-à-dire Stoudemire et Bernard James, ne pouvait pas vraiment tenir Gobert et ses segments interminables dans la peinture, le frenchie égalisant même son record de points sur la rencontre !

20 points à 9/16 au tir, 17 rebonds, 3 passes et autant de contres, une activité de tout instant et des sourires à la pelle : un match complet de plus pour la sensation venue de l’hexagone, qui sera attendue de pied ferme pour confirmer son immense potentiel la saison prochaine. Le dernier match du Jazz étant joué sur le parquet des Rockets, il fallait bien envoyer un dernier salute aux spectateurs de Salt Lake City, comme un remerciement pour le soutien accordé depuis la mi-février, depuis ce fameux transfert qui a libéré la bête de Saint-Quentin. Ses moyennes post-All-Star Game à domicile sont du coup effarantes, lui qui était encore un projet énigmatique avant ses performances avec l’EDF lors du dernier Mondial. Quelques 12.3 points, 14.3 rebonds et 2.9 contres à 63% au tir, une ligne à laquelle il faudra s’habituer l’an prochain quand on voit la confiance accordée par son coach et ses coéquipiers au sein de cette très jeune équipe. Quoi qu’il en soit, il nous fallait un dernier point d’exclamation et Rudy a délivré sur parole. Que pouvait-on demander de mieux pour annoncer une troisième année dévastatrice chez les grands ?

Source image : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top