NCAA

NCAA Recap – Final Four : Kentucky loupe sa saison parfaite, Wisconsin – Duke en Finale !

NCAA March Madness

Retour sur les deux matchs du Final Four NCAA, deux des matchs des plus excitants du calendrier sportif, tous sports confondus !

Retour sur les deux matchs du Final Four NCAA, deux des matchs des plus excitants du calendrier sportif, tous sports confondus ! Et cette année n’a pas dérogé à la règle : dans une ambiance de folie, les quatre équipes se sont données corps et âme pour décrocher une place en finale. Mais à la fin, il n’en reste que deux.

#7 Michigan State 61-81 #1 Duke

Duke Cameron Crazies

Les Cameron Crazies seront de la partie lundi soir.
Source : ESPN

Les Blue Devils sont entrés sur le parquet avec le statut de favori contre le petit poucet de ce Final Four : Michigan State. Favori, mais pas imbattable pour les Spartans qui n’ont rien à perdre, et qui ont l’habitude de jouer tous les coups avec intensité pour surprendre l’adversaire, comme depuis le début de ce tournoi.

En début de match, les hommes de Tom Izzo sont défiants et agressifs, tandis que Duke peine à rentrer vraiment dans le match, surpris par le rythme imposé par les Spartans. Michigan State prend les rênes et parvient à creuser l’écart jusqu’à 14-6 après 4 minutes de jeu. Mais les Blue Devils ne sont pas du genre à se laisser faire, alors derrière Jahlil Okafor (18 points, 6 rebonds, 2 contres) et Justise Winslow (19 points, 9 rebonds, 2 passes, 2 interceptions), à nouveaux performants, ils poussent et étouffent les Spartans avec un 30-11 assassin sur la fin de la première mi-temps, grâce à une défense solide et appliquée, qui a amené des paniers faciles en contre attaque avec un rythme effréné imposé par les Blue Devils. Un run qui leur permet de mener d’une avance confortable avant le retour au vestiaire : 36-25.

Michigan State Spartans Tom Izzo

La magie de Tom Izzo n’a pas suffit à Michigan State pour faire tomber Duke.
Source : ESPN

Duke revient sur le terrain avec la même rage et remet un coup de collier en début de seconde période : ils signent un run de 34-4 étalé sur les deux mi-temps pour tuer les Spartans. Les hommes de Coach K n’ont plus qu’à gérer leur avance jusqu’à la fin du match sans trembler. Ils s’appliquent à ne pas perdre de balles (8 seulement) et à défendre sans commettre de fautes (18 contre 28 pour MSU). De l’autre côté du terrain, malgré un petit 20% à 3-points, les coéquipiers du freshman de l’année Jahlil Okafor sont adroits avec 52% de réussite. MSU pousse mais ne parvient pas à faire redescendre l’écart sous les 10 points en deuxième mi-temps. Denzel Valentine (22 points, 11 rebonds), esseulé, n’a rien pu faire pour relever la barre et porter son équipe. Score final : 61-81, Michigan State n’aura existé que quelques minutes dans cette rencontre avant de couler.

Pour la neuvième fois sur leur dix dernières rencontres, Mike Krzyzewski bat Tom Izzo, dont 3-1 lorsqu’ils se sont affrontés en March Madness. Coach K mène Duke au championship game pour la neuvième fois depuis son arrivée en 1980… Soit plus d’une fois sur quatre !

#1 Wisconsin 71-64 #1 Kentucky

Wisconsin Badgers

Les Badgers réalisent l’impensable en faisant tomber le grand favori Kentucky.
Source : ESPN

Le sommet de la NCAA. Deux des meilleures équipes si ce ne sont les deux meilleures sur le parquet pour un match d’anthologie. Kentucky veut pousser sa saison parfaite jusqu’au titre pour confirmer qu’ils sont bel et bien l’une des meilleures équipes de l’histoire de la ligue. De l’autre côté, Frank Kaminsky & co veulent leur revanche de l’élimination de l’année dernière au même stade de la compétition, contre la même équipe.

UK commence le match avec un 5-0, auquel répond tout de suite Wisconsin pour recoller à 5-5. Les Badgers restent à hauteur des Wildcats mais peinent à trouver Frank Kaminsky à l’intérieur, obligé de s’éloigner du panier pour recevoir le peu de ballons qu’il a pu toucher dans les dix premières minutes. Les frères Harrison (13 points, 2 rebonds, 4 passes pour Andrew, et 12 points, 3 rebonds pour Aaron) dynamisent le jeu des Wildcats et font ce qu’il faut pour assurer. Mais lorsque les Badgers parviennent enfin à faire jouer Kaminsky, le rapport de force s’inverse et les champions de la Big 10 surprennent Kentucky, prenant jusqu’à 10 points d’avance grâce à leur domination aux rebonds (34 contre 22, les Wildcats n’ont prit qu’un seul rebond offensif en première mi-temps). Petit à petit, les hommes de John Calipari refont leur retard et reprennent même la tête en toute fin de mi-temps, mais un tir au buzzer permettra à Wisconsin de revenir à 36 partout à la pause.

John Calipari Bo Ryan

Poignée de mains chaleureuse entre deux des plus grands coachs de la NCAA : John Calipari et Bo Ryan
Source : ESPN

En deuxième mi-temps, le show Kaminsky (20 points à 7-11, 11 rebonds, 2 passes) reprend de plus belle : fraîchement nommé joueur de l’année, l’intérieur marque 7 des 10 premier points de son équipe. Kentucky peine à retrouver le rythme pour répondre à l’agressivité des Badgers avec les jumeaux Harrison sur le banc et Karl Anthony Towns (16 points, 9 rebonds, 1 passes, 1 contre) pas dans un très bon moment. Après cinq minutes de jeu en deuxième mi-temps, les Badgers ont reprit une avance de 8 points. En perdant très peu de ballons (6 seulement), Kentucky parvient à revenir une nouvelle fois grâce à une défense resserrée sur Kaminsky : 56-56 avec 8:30 à jouer. Wisconsin connaît un gros passage à vide avec sept minutes sans marquer, dont ils limitent l’impact avec une grosse défense. UK prend quand même quatre longueurs d’avance à 4 minutes de la fin, mais gère très mal sa fin de match en ralentissant le rythme alors qu’ils auraient du profiter du coup de mou pour assommer leur adversaire. Sam Dekker (16 points, 3 rebonds) en profite : un 3-points, puis un and-one, et Kentucky ne parviendra pas à revenir. C’est comme ça que l’histoire se termine : 38 victoires, une seule petite défaite, qui semble gâcher l’entière saison de ces jeunes talentueux. Comme si 38 victoires consécutives n’étaient rien sans cette 39e.

Kentucky Wildcats

Une seule défaite aura gâché la saison historique des Wildcats
Source : ESPN

Wisconsin retrouvera le championship game pour la première fois depuis la saison 1940-1941, il y a près de 75 ans. Bo Ryan emmène son équipe pour la première fois jusqu’en finale après deux Final Four consécutifs et 14 participations au tournoi, soit chaque saison depuis son arrivée. Kentucky ne pourra pas prendre sa revanche de la défaite en finale l’an dernier.

La Student Section

Ce fan a tout perdu hier soir : désespéré après la défaite des Spartans, il tente le tout pour le tout en sortant du stade et demande une journaliste en mariage. Manque de chance, elle était déjà mariée…

Les trophées de l’Elite Eight

Frank Kaminsky

Frank ‘The Tank’ Kaminsky a dominé dans la raquette, le jour de son anniversaire.
Source : ESPN

MVP : Frank Kaminsky (Wisconsin) :  20 points (64%), 11 rebonds, 2 passes, 2 contres en 37 minutes

Freshman : Karl-Anthony Towns (Kentucky) :  16 points (64%), 9 rebonds, 1 passe, 1 interception, 1 contre en 31 minutes Coach : Bo Ryan (Wisconsin) Le Bonus La vidéo la plus drôle que vous verrez aujourd’hui… Voyez par vous même !

Rendez-vous lundi soir pour la grande finale, commentée en direct par TrashTalk, et revue et corrigée dès le buzzer final. Préparez votre réveil, votre café, votre canapé… Vous allez passer une nuit de folie !

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top