Summer League

Summer League de Las Vegas – récapitulatif du jour 10 : l’Ouest au pouvoir

La Summer League de Las Vegas touche doucement à sa fin avec les deux demi-finales cette nuit. Deux rencontres très différentes qui voient les Rockets éliminer les Hornets lors d’un match très accroché alors que les Kings se débarrassent des Wizards après avoir compté 21 points d’avance à la mi temps. 

Charlotte Hornets – Houston Rockets : (79 – 83)

Comment gagner un match en ne shootant qu’à 31,2% ? Et bien en poussant son adversaire à faire à peine mieux, à l’instar de ce qu’ont réussi les Rockets cette nuit face aux Hornets (35,7%). Dans cette rencontre très serrée qui n’a vu aucune des deux équipe prendre plus de 8 points d’avance, les Texans s’imposent grâce à leur meilleure fin de match et à une bonne défense dans le money time, mais aussi suite aux mauvais choix du meneur Mickey McConnell (il oublie Noah Vonleh seul sous le panier pour prendre un lay up difficile, et enchaine sur une quasi perte de balle lors de la dernière possession).

Isaiah Canaan a été le leader offensif des Rockets avec 24 points (8/17, 3/8 à 3 points), bien aidé également par le double double de Motiejunas (18 points, 13 rebonds), son troisème consécutif en Summer League. Le Lituanien a d’ailleurs rentré le panier qui a permis à Houston de prendre la main (80-79) de manière définitive à un peu moins d’une minute de la fin du match.

Du côté des Hornets, P.J. Hairston a shooté autant qu’il a pu, avec une réussite aléatoire (27 points, 9/24, 3/10 à 3 points, mais aussi 7 rebonds et 3 interceptions). Il a surtout bien été isolé par la défense de Houston sur la dernière possession durant laquelle il n’a pas reçu la balle alors qu’il semblait évident que le dernier shoot serait pour lui. Josh Davis a également tout donné en se battant comme un beau diable et sortant un double double à 18 points et 14 rebonds. Son collègue de la raquette – le rookie Noah Vonleh – a lui aussi fait une belle moisson aux rebonds (16 dont 9 offensifs) mais a été catastrophique au tir (9 points, 2/12).

Dans un match qui aurait pu basculer d’un côté comme de l’autre, les Rockets passent donc et gagnent le droit de jouer demain (la nuit de lundi à mardi) pour succéder aux Golden State Warriors.

Sacramento Kings – Washington Wizards : (74 – 62)

Peut être conditionnés par la rencontre précédente, les Wizards ont débuté le match avec une adresse déplorable (28,6% à la mi temps), creusant leur tombe lors des 20 premières minutes pour rentrer au vestiaire avec 21 points de retard. Le duo Glen Rice Jr. – Otto Porter (16 points à 7/18 pour ce dernier) étant bien loin de sa performance de la veille, Washington ne fait que subir les assauts de Nik Stauskas (7 points, tous dans le premier quart temps) et Marshon Brooks (14 points à 5/7) lors de l’entame de la rencontre.

Mais au retour des vestiaires, c’est un tout autre visage que proposent les hommes de Sam Cassell pour passer un 24-13 aux Kings lors du troisième quart temps et revenir à 10 points avant la dernière période. Le match est relancé avec un Glen Rice Jr. (24 points à 8/23 dont 1/9 longue distance, 9 rebonds, 6 interceptions) qui est enfin dans le rythme. Malheureusement pour les Wizards, le retard accumulé était trop grand et l’énergie déployée pour revenir dans le match a eu raison de leur lucidité et de leurs espoirs de victoire. Sacramento assure mieux le quatrième quart temps pour s’imposer de 12 points 74-62.

À trop vouloir se reposer sur Rice et Porter (40 points à eux deux, 41 des 71 shoots pris par l’équipe), les Wizards n’ont rien pu faire face à des Kings moins dépendants de la prestation d’un ou deux joueurs phares. Quatre joueurs terminent à plus de 10 points pour Sacto, dont Brooks et Cunningham en sortie de banc. À noter également les 6 points et 12 rebonds de Erik Moreland. Sacramento affrontera donc Houston en finale de cette Summer League de Las Vegas.

Place maintenant à la finale dans la nuit de lundi à mardi, à minuit heure française. Une rencontre 100% conférence Ouest. La saison n’a pas encore commencé qu’elle domine déjà. Signe prémonitoire ?

Source image de couverture : NBA.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top