Summer League

Summer League de Las Vegas – récapitulatif du Jour 4 : les Lakers au buzzer, Rodney Hood prend feu

La compétition bat son plein à Las Vegas et on commence déjà à y voir un peu plus clair sur les ambitions personnelles et collectives de chacun dans cette Summer League. Retour sur les rencontres de cette quatrième journée dans le Nevada.

New York Knicks – Charlotte Hornets (95-72) :

C’est une véritable démonstration qui nous a été offerte dans cette première rencontre de la journée. Probablement encore un peu ballonnés suite à un déjeuner copieux dans l’un des hôtels de luxe de la capitale américaine du vice, les Charlotte Hornets ont fait pâle figure hier soir, face aux Knicks. Bien emmenés par un Tim Hardaway Jr. inspiré (17 points à 3/5 derrière l’arc, 4 rebonds et 3 assists), les protégés de Derek Fisher ont pris la rencontre par le bon bout et se sont rapidement trouvés en sécurité, si bien qu’à la pause les écrans du Cox Pavillon affichaient un score de 62-31 en faveur de New York. Dans la raquette, Jeremy Tyler a abattu un chantier énorme face à un bon client en la personne de Noah Vonleh. Le Californien terminera la partie avec une feuille à 19 points, 8 rebonds et 3 passes, mais aussi 7 fautes. Côté Hornets, l’association Vonleh-Zeller a alterné le bon et le moins bon, cumulant tout de même 31 points à 10/19 et 9 rebonds. Les deux anciens Hoosiers tenteront de cohabiter ensemble cette saison malgré leur inévitable mise en concurrence.

Longtemps en dessous des 35% d’adresse, Charlotte n’a jamais existé dans cette rencontre et enchaîne sa troisième défaite de rang dans la compétition. C’est tout l’inverse en revanche pour les Knicks, qui restent invaincus dans le Nevada et se positionnent avant les phases finales qui commenceront mercredi.

Sacramento Kings – NBA D-League (89-75) :

Grâce à un starting five à fière allure, les Kings ont triomphé de la sélection rassemblant les meilleurs éléments de la succursale NBA. En effet, l’intégralité du cinq des Californiens a terminé la rencontre en double figure. Très à l’aise hier soir à l’image de son lay-up au buzzer du premier quart-temps, Ben McLemore a compilé 18 points à 7/10 et 6 rebonds. À la mène, c’est Ray McCallum qui régalait avec 10 points mais surtout 12 passes décisives. Côté adverse, seul Devin Ebanks (22 points) est sorti du lot pour offrir un peu de sursis à son équipe, laissant planer le doute sur le sort de la rencontre jusqu’à la fin du troisième quart-temps. Au final, malgré quelques actions de haut vol et de nombreux alley-oops, la sélection de D-League a subit la loi des Kings, globalement assez adroits tout au long de la rencontre (55% au tir).

Toronto Raptors – Dallas Mavericks (57-88) :

Les Mavs ont détruit des Raptors inoffensifs. La maladresse (30,2%) et les 30 pertes de balle (7 pour le seul Bruno Caboclo auteur également de 12 points à 3/10) des Canadiens les ont coulés dans ce match. DeAndre Daniels (16 points, 6 rebonds) et Hassan Witheside (8 points, 9 rebonds) sont les seuls joueurs de Toronto à avoir surnagé, même s’il est difficile de tirer de gros enseignements d’un tel blowout. Avec déjà 21 points d’avance à la mi-temps, les Texans ont géré la suite du match, dans le sillage de Ricky Ledo (18 points, 4 rebonds, 5 passes), Gal Mekel (11 points mais aucune passe décisive) et Eric Griffin (12 points). En shootant à 50,8% et en commettant 11 turnovers de moins que leurs adversaires, les hommes de Mark Cuban n’ont même pas eu besoin de forcer, juste à s’appliquer.

San Antonio Spurs – New Orleans Pelicans (88-86) :

Match beaucoup plus accroché que le précédent, remporté par les Spurs sur la ligne des lancers francs. Avec un très joli 21-23 dans cet exercice, ils font bien mieux que le 15/30 des Pelicans. Alors que Dequan Jones (20 points) pensait avoir donné un avantage décisif aux joueurs de la Nouvelle Orléans grâce à un 3 points à moins de 30 secondes du buzzer (85-86), c’est Austin Daye (18 points, 11 rebonds et 5 passes), auteur d’un excellent match, qui a offert la victoire à San Antonio sur un and-1 à 6 secondes de la fin. En plus de Jones, c’est un autre joueur sorti du banc qui a permis aux Pelicans d’y croire, Courtney Fells apportant 19 points et 5 rebonds. Le meneur Russ Smith (12 points, 10 passes) n’a pas démérité lui non plus avec son double double. Patric Young, malgré le plus grand temps de jeu du match n’a pas brillé, se contentant de 8 points et 5 rebonds en 30 minutes.

Chez les Spurs, même en Summer League le jeu reste léché. Certes à un (plusieurs) niveau en dessous de ce qu’ils ont proposé en Finales, mais la recherche du joueur libre est toujours l’idée directrice de l’effectif. Darius Morris (19 points, 4 passes, 4 rebonds et qui s’est fait une petite frayeur en étant touché au genou peu avant la mi temps), Jeff Ayres (11 points, 5 rebonds) et JaMychal Green (14 points, 9 rebonds et une belle claquette en fin de second quart) ont su en profiter pour se mettre en évidence. Kyle Anderson continue lui sa Summer League neutre avec 9 points, 3 rebonds et 3 passes, alors que le Franco-Zaïrois Noel Boungou-Colo n’a fait qu’un passage express de 4 minutes pour inscrire le seul tir qu’il aura pris (à 3 points) et réaliser un contre.

Cleveland Cavaliers – Philadelphie 76ers (86-77) :

Ce match fut l’affaire d’une mi temps pour les Cavaliers. En effet, après un premier quart temps des plus brouillons de part et d’autre (15-11 Cavaliers), les gars de l’Ohio ont passé la seconde lors de la deuxième période, pour s’offrir un bel avantage à la mi temps (48-29). Cleveland n’a en suite eu qu’à gérer son avance pour s’adjuger la victoire, non sans quelques difficultés, puisque Philadelphie a quand même réussi à recoller à -6 dans le dernier quart, avant de finalement déposer les armes, émoussé par les efforts fournis. Malgré une deuxième mi temps un peu stressante sur la fin, les Cavaliers se sont assuré une troisième victoire en autant de rencontres, et un adversaire à priori facile pour la phase de tournoi qui commence bientôt.

Du coté des performances, aucun joueur n’est vraiment sorti du lot dans cette rencontre. Les NBAers se sont montrés sérieux pour les Cavaliers, Wiggins, Bennett, et Dellavedova affichant respectivement 10, 14, et 19 points, bien aidés par l’énergique Shane Edwards, qui poste tout de même 14 points et 11 rebonds en sortie de banc. Pour Philly, seulement trois joueurs ont dépassé les 10 points, l’équipe s’est montré plutôt maladroite, et s’est faite dominer physiquement. Si Nerlens Noël a encore un fois noirci la feuille, avec 12 points, 6 rebonds, 2 interceptions, et 4 contres (avec tout de même 7 fautes), l’aide s’est montrée trop rare, seul l’ailier Jordan McRae sortant une perf digne de ce nom avec 18 points. Les 76ers  affichent désormais un record d’une victoire pour une défaite.

Miami Heat – Los Angeles Clippers (91-85) :

Les Clippers sont sortis vainqueurs de ce match étriqué de bout en bout , grâce à la belle performance de leur cinq majeur. Miami a pourtant crée le premier écart dans cette rencontre, menant de 6 points en première mi temps avant de se faire rejoindre. Puis les Clippers contre attaquaient en prenant rapidement 9 points d’avance dans le troisième quart temps, avant de lâcher le lead juste avant la dernière période (68-64 pour Miami après trois quarts temps). Miami se croyait certainement à l’abri et croyait certainement pouvoir gérer sa fin de match, mais c’était sans compter sur la fin de match de folie de celui qui a joué aux Sixers cette saison, Lorenzo Brown, qui aura marqué 18 points en l’espace de 6 minutes et 18 secondes pour propulser son équipe vers la victoire, Shabazz Napier se réveillant trop tard avec 5 de ses 8 points dans les deux dernières minutes pour garder Miami à portée de tir.

Si c’est bel et bien l’énorme run de Brown qui a offert le succès à L.A., une autre grosse performance est à mettre en lumière, c’est celle du français Amath M’Baye, auteur d’un superbe 27 points à 9/15, 2/4 à 3 points, et 7/8 aux lancers. Même si il a tout donné en première mi temps (20 points), le natif de Bordeaux, qui a effectué son cursus universitaire 2 ans à Wyoming, puis un an à Oklahoma a certainement tapé dans l’œil des scouts présents sur place, en démontrant une faculté à scorer dans toutes les position et une belle dimension physique. Autre prestation notable pour Los Angeles, celle d’un certain Delonte West, qui montre qu’il n’est pas cramé, avec 12 points, 8 rebonds, 5 passes décisives, et 3 interceptions.

Du coté du Heat, ce sont surtout les joueurs du banc qui se sont mis en avant, notamment Scott Suggs et Tyler Honeycutt auteurs de 14 et 13 points, il faut également relever la nouvelle sortie médiocre de Shabazz Napier, qui poste un poussif 8 points à 2/8, 6 fautes, 2 pertes de balle pour aucune passe décisive.

Golden State Warriors – Los Angeles Lakers (88-89) :

Thriller à “Sin City” ! Suite à la double overtime de la veille entre les Hawks et un medley de D-League, les Angelinos et les poulains invaincus jusqu’alors de Steve Kerr eurent eux aussi envie de jouer aux Indiens et aux Cow-Boys dans cet avant-dernier affrontement de la soirée. Alors que les Lakers eurent pris les devants grâce aux efforts combinés de Kendall Marshall et de Julius Randle (25 points, 7 rebonds et 5 passes décisives à eux deux), ce sont les Warriors, ne voulant pas lâcher et auteurs d’un match de traînards, qui ont poussé les minots de la Cité des Anges dans leurs derniers retranchements. 84 partout à l’issue du temps réglementaire : il fallait bien montrer à coach Kerr un peu de “clutchitude”. Sa gâchette favorite dans ce match, à savoir Justin Holiday (26 unités dont un radical 4/8 à 3-points) croyait avoir fait le plus dur en sanctionnant sur système placé en sortie de temps-mort mais l’audace des Lakers eut le dernier mot sur une claquette presque inespérée de Jordan Clarkson (19 points et 7 rebonds) à 0,1 seconde de la prolongation.

Utah Jazz – Milwaukee Bucks (87-71) :

Match au rythme soutenu, cet épilogue de cette quatrième journée de la Summer League de Las Vegas s’est soldé par une victoire du Jazz d’Utah et de ses poulains. Si l’Australien Dante Exum a donné le tempo de la rencontre pour les siens, notre frenchie Rudy Gobert (13 points et 9 rebonds) s’est montré à son avantage et a placé quelques contres et dunks bien agencés sur le museau de Giannis Antetokounmpo Milwaukee Bucks, produisant un jeu trop nonchalant et irrégulier à l’image de leur star annoncée, Jabari Parker, ce-dernier déambulant sur les parquets avec, on le comprend, beaucoup de retenue (14 points). Ainsi, c’est bien le rookie mormon Rodney Hood (29 pions engrangés) qui a asséné le coup de grâce en prenant feu à la reprise des vestiaires. Game over.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top