MVP Rankings

MVP Rankings – Semaine 13 : Kevin Durant vient-il d’une autre planète ?

On pourrait alimenter le dossier Durant avec une centaine de chiffres pour dire qu’il mérite d’être MVP cette saison. Des statistiques, des avalanches numériques, ce dont il est tout à fait capable, mais qui ne souligne pas l’énorme accomplissement qu’il est en train de réaliser : faire passer LeBron James pour le second meilleur joueur au monde. Totalement inconscient depuis la blessure de Russell Westbrook et le coup de départ de l’année 2014, KD est en état de grâce, au sommet de son art, et personne -ou presque- peut le stopper. Ah bah ça tombe bien tiens, le Thunder ira à San Antonio et Miami en une semaine. De quoi propulser Durantula dans une galaxie encore plus lointaine, ou bien le ramener tout simplement sur Terre…

Place Joueur Commentaire

1
()

Kevin Durant Faut-il que TrashTalk s’énerve pour que Durant en fasse de même ? Après l’avoir pointé du doigt pour son manque de leadership physique et émotionnel, le mutant d’OKC nous a pointé du doigt et demandé de fermer nos bouches. Tout le monde y est passé, des Warriors aux Blazers en passant par Houston : un chef d’oeuvre qui pourrait continuer ce soir chez les Spurs tant Kevin domine son sport en 2014. C’est simple : LeBron a dû pain sur la planche.
Statistiques : 30.9 points, 7.8 rebonds, 5.1 passes et 1.5 interceptions à 50% au tir dont 41% de loin.

2
(+1)

Paul George C’est ce qu’on appelle se faire violence. Déçu d’être mis de côté par la bataille en tête entre KD et LBJ, PG nous a sorti un combo interdit au moins de 18 ans la semaine passée : destruction des Knicks en antenne nationale, aller gagner sur le parquet des Warriors avec la manière, et puis… ça. C’est là qu’on s’est couché par terre.
Statistiques : 23.0 points, 6.2 rebonds, 3.4 passes et 1.8 interceptions à 46% au tir dont 40% de loin.

3
(-1)

LeBron James C’est moins facile la vie sans D-Wade ! On avait vu LeBron et Bosh un peu paumés en début de saison sur certains matchs (Detroit), on a eu droit au même scénario à Atlanta ce Lundi avant de voir LBJ se reprendre face aux Celtics. Rien de mieux qu’une petite cure d’antenne nationale pour se refaire une santé et une place en tête de classement : Lakers, Spurs, Thunder et Knicks en 10 jours. Le King doit nous ré-ga-ler.
Statistiques : 26.2 points, 6.7 rebonds, 6.5 passes et 1.3 interceptions à 58% au tir dont 37% de loin.

4
()

Damian Lillard Pas de changement d’un point de vue statistique ou collectif, Dame mène ses Blazers en tête de l’Ouest même après avoir vécu une sale semaine. La dernière fois que Portland a enchaîné deux défaites consécutives, il y a eu 5 victoires de suite juste derrière : bis repetita ? Il faudra se taper Stephen Curry et Mike Conley pour se faire. Chaud.
Statistiques : 21.2 points, 3.7 rebonds, 5.8 passes et 0.8 interceptions à 42% au tir dont 43% de loin.

5
(+1)

Tony Parker
C’est quand même terrible de se dire que les Spurs font une mauvaise saison et qu’ils restent premiers à l’Ouest. Quand est-ce que ce cirque va s’arrêter ? Cette semaine pourrait nous donner la réponse : un rendez-vous face au Thunder ce soir avant les retrouvailles avec le Heat ce Dimanche ? Chacun ses goûts, il faudra surtout voir si Tony peut enfin offrir à son équipe sa première victoire référence de la saison.
Statistiques : 17.9 points, 2.5 rebonds, 6.3 passes et 0.5 interceptions à 51% dont 43% de loin.

6
()

Blake Griffin Ah bah salut toi ! On pensait pas te voir la moindre semaine de la saison dans ce classement, mais quand on a vu la blessure de CP3 on a sorti le TiPex tout de suite. Bienvenue dans le Top 10, ce fabuleux classement où il faut assurer tous les soirs. Cela tombe bien, depuis l’absence du meneur, Blake est transformé. De bonne augure pour les PlayOffs ? Affaire à suivre.
Statistiques : 22.5 points, 10.0 rebonds, 3.4 passes et 1.2 interceptions à 52% au tir dont 30% de loin.

7
(+1)

James Harden Comment comprendre qu’avec Dwight Howard, Jeremy Lin et James Harden, Houston reste la ville la moins mentionnée dans les gros titres depuis ce début de saison ? Le barbu continue sa moisson quotidienne sans faire de scandale, 5 victoires sur les 6 derniers matchs, avant d’entamer la fin de mois hardcore : Memphis deux fois, puis San Antonio et enfin Dallas. On a vu pire comme Fête des Voisins.
Statistiques : 24.3 points, 5.0 rebonds, 5.3 passes et 1.4 interceptions à 45% au tir dont 34% de loin.

8
(-3)

Stephen Curry Comme les Warriors dont il est le leader, Stephen Curry décide quand son équipe gagne ou pas. Des fois bouillant et injouable du même coup, d’autres fois brouillon et forçant son tir extérieur, à lui de comprendre comment devenir régulier pour s’installer définitivement dans le Top 5. Il en a largement les moyens, donc 4 défaites lors des 6 derniers matchs sans soucis de blessures : pas acceptable.
Statistiques : 23.5 points, 4.6 rebonds, 9.2 passes et 1.9 interceptions à 44% au tir dont 38% de loin.

9
()

Paul Millsap On pensait que les Hawks allaient couler sans Al Horford, il semblerait que ce bon vieux Paulo ne veut rien savoir de toutes ces rumeurs. Après avoir écarté les Rockets et Pacers, c’est Miami qui a mangé la sauce Millsap pour maintenir Atlanta dans le Top 4 de l’Est. On passe au dessert : Tim Duncan ce Vendredi puis Serge Ibaka le Lundi.
Statistiques : 17.5 points, 8.3 rebonds, 2.9 passes et 1.6 interceptions à 47% au tir dont 38% de loin.

10
()

DeMar DeRozan Spot réservé pour la wild-card de folie hebdomadaire. Depuis le transfert de Rudy Gay à Sacramento, vécu comme une fête nationale au Canada, c’est DeMar DeRozan qui a franchi le plus beau palier dans son équipe. Solide, efficace, et même vocal, le produit de USC pourrait devenir All Star d’ici quelques semaines. En tout cas, il le mérite aisément.
Statistiques : 21.3 points, 4.6 rebonds, 3.7 passes et 1.2 interceptions à 42% au tir dont 29% de loin.

 


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top