Equipe de France

Les Coqs d’Outre-Atlantique – Episode 2 : TP déroule, Batum s’accroche, Gobert se gave !

Françaises, Français ! Chaque dimanche sur TrashTalk, dans une ambiance qui sent bon la Liberté, l’Egalité et la Fraternité, retrouvez un récapitulatif complet des performances de nos chers compatriotes en NBA. Cocorico !

Deuxième semaine de compétition : ce n’est que le début de saison, mais les tendances commencent à s’afficher. Côté français, la hiérarchie ne se bouscule pas trop derrière les inamovibles Tony Parker et Nicolas Batum, sauf, peut-être, l’éclosion de Rudy Gobert qui bouffe des rebonds à pleines mains et Evan Fournier qui peine à trouver une situation stable, entre cirage de banc et bonne prestation.

 M. Le Président : Tony ParkerTony-Parker

Trois matchs, trois victoires.  21 points, 5 passes à 60% aux tirs : c’était ça, la semaine de M. Parker. On n’est pas inquiet : Raymond Felton et le Madison Square Garden vont, tout à l’heure, devoir faire face à un meneur qui est rentré dans le rythme. Et pas la peine d’être prolixe : ça va être très dur de détrôner TiPi de son fauteuil de Président. Encore quelques semaines et on renommera cette catégorie, «Lionel Messi de la semaine” ou  “Prix Mouammar Kadhafi”.

Le prix Poulidor : Nicolas BatumNicolas Batum réalise la meilleure saison de sa carrière

C’est un peu Cristiano Ronaldo vis-à-vis de Lionel Messi : tant que ce dernier sera sur les terrains, on ne voit pas comment faire mieux que lui, même quand on est l’un des meilleurs. C’est un peu la position dans laquelle se trouve Nicolas ‘Batman’ Batum. Cela n’enlève rien à sa performance, qui reste très bonne : 2 victoires en 3 matchs avec les Blazers, 14 points, 5 rebonds et 4,5 passes de moyenne. Pas mal du tout, mais comme pour Poulidor : pas assez pour finir au top spot  de notre classement.

Le French Kiss de la semaine : Tony Parker nous envoie son spécial fake

C’est connu mais on ne s’en lasse pas. Au début du match contre les Warriors, Parker pénètre en transition ; grâce à un petit cross-over, il dépasse Andrew Bogut, mais Klay Thompson le suit. Alors que ce dernier le contient bien, TiPi feinte le fadeway sur le côté gauche du panier : Thompson saute très légèrement, mais suffisamment pour que Parker déplace son pied d’appui et passe sous le shooteur de Golden State pour finir tranquillement main droite. T’en fais pas, Klay, tu n’es ni le premier ni le dernier à perdre ton short sur ce genre de feinte.

[youtube width=”600″ height=”400″ video_id=”O-8lJ8IXLSg”]

 les Mentions Spéciales de la semaine

 

Mention “Premier Love” : Boris Diaw

Non non non, ce n’est pas de Tony Parker et de son fabuleux single dont il s’agit. C’est Boris Diaw qui revient à son premier love. Pourquoi ? Parce que le Babac’ à 30 minutes, 4 points 4 passes et 3 rebonds de moyenne, c’est fini. Maintenant Boris shoote, et ça marche plutôt pas mal : en 3 matchs avec les Spurs cette semaine, Diaw se fait plaisir et enregistre 10,5 points de moyenne avec 1,5 passes et 4 rebonds. Depuis quand notre Captain’ se distingue-t-il au scoring ? Depuis ses grandes années à Phœnix, pardi ! A notre humble avis, Coach Pop’ doit y être pour quelque chose.

Mention  « David Douillet”  : Rudy Gobert

Encore une fois, ne vous méprenez pas. Ce n’est pas seulement parce que “Gobert” fait autant ‘bon français’ que “Douillet”. Mais c’est surtout parce que Rudy-la-grande-perche va finir aussi bien portant que le judoka champion olympique s’il continue à bouffer autant de rebonds par minute ! Voyez plutôt : (nous oublions le match contre Boston où Rudy avait passé 6 minutes sur le parquet…) sur 3 matchs, Gobert est resté à chaque fois 16 minutes sur le parquet, pour respectivement 11, 12 et 7 rebonds (dont 5, 4 et 3 offensifs !). Gobert se bat pour avoir sa place, et pour l’instant, ça se passe plutôt bien. Deux points faibles toutefois : d’abord, offensivement c’est aussi vide que le vocabulaire de Franck Ribéry. Ensuite, niveau collectif, c’est le désert complet : 7 défaites en 7 matchs. Douillet, lui, n’avait pas de coéquipiers.

A  noter enfin la semaine couci-couça de Joakim Noah, qui ne gagne qu’un match sur les 2 qu’il a joué lors de cette semaine plutôt tranquille avec les Chicago Bulls. Sa performance n’est pas mauvaise, loin de là : 9 points, 8 rebonds, 1 contre par match. Mais elle est loin d’être exceptionnelle. Du coup, avec une semaine ni trop bonne, ni trop mauvaise (une semaine plate donc), Noah ne nous semble pas mériter une mention. Un point c’est tout.

On est passé du coq à l’âne : Evan Fournier

Evan Fournier

A quoi joue Brian Shaw avec Evan Fournier ? Le combo guard sait rentabiliser les minutes qu’on lui donne : sur les 3 matchs de la semaine, un seul a été vraiment joué, les deux autres sont anecdotiques. Le plus intéressant, c’était contre Atlanta : 24 minutes, 12 points, 3 rebonds, 2 passes, 50 % tirs dont 2/3 points. Résultat ? Victoire de Denver contre les Hawks. Les 2 autres ? Respectivement, 9 et 7 minutes sur le parquet, 0 et 5 points, 1 rebonds. Et surtout, 2 défaites. Pas besoin de s’appeler Euclide pour conclure : depuis le début des hostilités, la seule victoire des Nuggets s’est produite quand Evan a fait un bon match. On ne dira pas qu’il est essentiel dans le système de Denver, mais en NBA, c’est suffisamment clair, généralement, pour donner des minutes à un joueur. Cocorico ? Wait and see.

 Ils sont Français eux ?!

Dans la liste des joueurs dont on hésite à retirer la nationalité française, on retrouve d’abord Ronny Turiaf. Blessé, le pivot des T-Wolves n’est toujours pas revenu sur les parquets. Mais au moins, lui a une excuse, à la différence de Nando De Colo, qui, aux dernières nouvelles, est en pleine forme, mais n’a pas joué le moindre match de saison régulière. On craint que Nando ait définitivement perdu sa place. Mais tout peut aller très vite en NBA : il restera quand même un enfant de la République. Ensuite, alors qu’il avait été récompensé d’une mention la semaine dernière, le pivot remplacant des Pacers, Ian Mahinmi, nous déçoit en enregistrant une petite semaine d’un point de vue individuel (1 point, 2,5 rebonds par match). Mais les Pacers font un début de saison parfait, alors on va dire que ce n’est pas trop grave. Enfin, le fils prodige Kévin Séraphin déçoit lui aussi pour sa deuxième semaine (et 2 matchs joués) :  4 points et 2,5 rebonds  en 10 minutes passés sur le parquet.

On voit que les petits ont encore du mal à prendre le rythme infernal de la NBA. Si certains s’en sortent bien (Rudy Gobert notamment), d’autres ont du pain sur la planche (Nando De Colo par exemple).

Notre French-Five de la semaine  : Parker – Fournier – Batum – Diaw – Noah 


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top