Power Rankings

Rookie Power Rankings : Deuxième édition !

Deuxième édition du Rookie Power Rankings et donc changements à prendre en compte chez les minots de la Ligue. Cette semaine, quelques changements au sein du Top 10, mais toujours la même bagarre en pôle-position. Focus.

 

Place Joueur Commentaire

1

      Damian Lillard Que peut faire le rookie de plus pour Portland? Calme, efficace, intelligent et exemplaire, on ne voit pas pour le moment qui peut lui prendre le titre de Rookie of the Year. Ultra clutch face aux Rockets, précis face aux Kings, il remets ça face aux Bulls et permets à Portland d’avoir un bilan plus que respectable. On va faire les relous et pointer du doigt ses 3.4 balles perdues de moyenne, mais en 39 minutes avec toutes les défenses adverses au taquet, c’est limite un exploit. Bon test Dimanche face à Deron Williams.
19.3pts, 3.3rbds, 6.4asts, 1.3stls, 0.4blk, 44% au tir

          2

       Anthony Davis Son baptême face à OKC avait été annoncé, mais chaque joueur doit passer par des soirées difficiles pour mieux grandir dans cette Ligue, surtout pour les intérieurs. Le mental de Davis est tout de même impressionnant, lui qui y est retourné le lendemain avec un match de mammouth à Milwaukee (28pts, 11rbds, 10/14). Le plus effrayant? Le numéro 1 de la Draft n’a aucun système pour lui, marquant 80% de ses points sur pur hustle.
16pts, 8.3rbds, 0.8asts, 1stl, 2.2blks, 49% au tir

          3

  Michael Kidd-Gilchrist A la façon d’un Gerald Wallace (tiens tiens Charlotte), MKG va au travail tout les soirs et ne laisse rien dans l’assiette. La ligne de statistiques est constamment remplie, et son moteur est déjà parmi les plus impressionnants de la Ligue. Son coach commence également à lui donner de plus en plus d’opportunités offensives, rendant le rookie de Kentucky invivable des deux côtés du terrain : il est dans le Top 5 chez les rookies dans chaque statistique.
11.3pts, 7rbds, 1.4asts, 1.1stls, 1.6blks, 49% au tir

          4

    Harrison Barnes Lancé dans le grand bain d’entrée suite à la blessure de Brandon Rush, le rookie de North Carolina impressionne par son calme et la qualité de ses choix sur le terrain. C’est bien simple, depuis que son temps de jeu a évolué, les Warriors ont battu les Hawks et les Wolves avant de s’incliner chez le Thunder. Son agressivité alliée à un shoot magnifique font de Barnes un prototype parfait à l’aile qui devrait régaler les Warriors pour plusieurs années.
10.6pts, 4.3rbds, 1.2asts, 0.4stls, 0.1blks, 49% au tir

          5

     Alexey Shved Quel joueur a marqué le plus de points et réalisé le plus de passes dans tous les 4ème quart-temps chez les Wolves? Da, le russe est propriétaire d’une sacré paire de…chaussures. Insolant balle en main, extrêmement confiant en ses capacités, Shved est capable de passer pour un vétéran sur certaines actions, mais aussi pour un cadet région sur la suivante. Un contraste qui rends fou mais qui annonce l’avenir doré du Kukoc des années 2000.
10.4pts, 3.1rbds, 4.2asts, 0.3stls, 0.8blks, 38% au tir

          6

    Jonas Valanciunas De toutes les confrontations de la semaine passée, celle qui nous aura le plus marqué chez les rookies restera la battle entre Roy Hibbert et le jeune rookie. Toronto, après 3 prolongations épuisantes, se rends à Indiana pour tenter de gagner un match important psychologiquement. Le leader de cette victoire? Valanciunas, qui se paye le scalp du All Star en attaque et en défense. Une vraie leçon de détermination, qu’on a tenu à féliciter cette semaine.
7.8pts, 4.9rbds, 1ast, 0.3stls, 0.6blks, 47% au tir

          7

     Dion Waiters On avait comparé Waiters la semaine passée à Dwyane Wade et Ben Gordon, en espérant que l’arrière copie le premier et pas le second. C’est déjà un casse-tête puisque Dion est le premier à connaître une mini-chute chez les rookies cette saison. Irrégulier au tir, créateur douteux par séquences, lointaine semble la semaine où le numéro 4 de la Draft mettait tout le monde d’accord. Point positif tout de même, sa défense reste constamment excellente.
14.7pts, 2.4rbds, 2.2asts, 1.1stls, 0.2blks, 41% au tir

          8

       Kyle Singler Après une très belle perf’ face aux Sixers qui a permis à Detroit d’emporter son premier match de la saison, on est obligé de décerner le smile de la semaine à Singler ! 40 minutes de jeu pour le rookie sur ce match, et un tas de commentaires positifs venant de ses coéquipiers et de ses adversaires. Il semblerait même que le jeune homme ait poussé Rodney Stuckey sur le banc, ce qui n’est pas mince affaire. Et Detroit qui bat Boston ! Chapeau bas !
9.3pts, 2.8rbds, 0.4asts, 0.2stls, 0.9blks, 50% au tir

9

       Bradley Beal Meilleur marqueur des Wizards, il n’y a pourtant pas de quoi se féliciter quand on flirte avec la barre des 10 points de moyenne… L’adaptation au jeu NBA est pour le moment plus difficile que prévue pour Beal, qui n’a pas encore joué avec John Wall (qui pourrait lui créer des tirs ouverts), et à qui on demande de tout faire pour une équipe encore bloquée à zéro niveau victoires. Mais on reste confiant, s’il passe cette étape vivant, tout est possible derrière.
10.9pts, 2.9rbds, 1.6asts, 0.9stls, 0.2blks, 33% au tir

10

    Andre Drummond On a un peu été forcé à laisser Drummond dans le Top 10, surtout par manque de concurrence. Cependant, cela ne doit en rien retirer les compliments que nous lui avons déjà fait et qu’on répète : physiquement, le pivot est déjà prêt pour obtenir plus minutes. Son sens du jeu est excellent pour son âge également, et son positionnement défensif nous a tous surpris, Kevin Garnett en premier hier soir. Le seul obstacle qui sépare Drummond d’un temps de jeu plus élevé se nomme Jason Maxiell, donc patience et travail s’il veut faire oublier Mad Max.
6.5pts, 4.7rbds, 0.5asts, 0.8stls, 1blk, 70% au tir

 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top